AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
FERMETURE DU FORUM
Vous pouvez cependant nous retrouver sur SCREW DESTINY, GOLDEN PALACE ou TACOSTOWN !! ♥

Partagez | 
 

 erreur de débutant ▬ Jules

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: erreur de débutant ▬ Jules   Sam 9 Mai - 23:30


oui je sais les hommes sont des bébés quand ils sont malades

« Bon les gars ! Aujourd'hui on fait un exercice... » Et c'est toujours à ce moment là que la sirène retentit. Je soupire et on se dépêche d'aller aux camions pour se rendre sur le lieu de l'incendie. Dans la radio, on apprend qu'il s'agit d'un incendie dans une maison à étage. Une fois sur place, on se dépêche d'évacuer les membres de la famille et d'éteindre le feu. Une fois cela fait, je rentre dans la maison pour vérifier que tout va bien. Je monte à l'étage pour récupérer le doudou du petit garçon en espérant qu'il n'avait pas brûlé. Je ne trouvais rien et je soupirais quand je me rendis compte de mon erreur de débutant. Il ne faut jamais monter à l'étage d'une maison qui vient à moitié de brûler parce que la maison n'est plus stable et on peut passer à travers le plancher. Ceci dit, je m'en suis rappelé quand je me suis retrouvé en bas de la maison avant une épaule en vrac et une cheville douloureuse. Je me faisais chambrer par les gars jusqu'à mon arrivé à l'hôpital. J'étais le capitaine des pompiers et j'avais fait une erreur idiote. Quand le médecin me questionna sur le pourquoi du comment mon adjoint se fit un malin plaisir de tout lui expliquer en détail. Je riais un peu de ma situation. Je passais des examens scanographique et radiographique qui ne montrèrent aucune anomalie particulière. J'avais juste une déboîtement de l'épaule enfin rien de bien grave en somme du moins pour moi. Quand je pus partir de l'hôpital ils ne voulaient pas que je parte tout seul et les gars étaient déjà rentrés à la caserne. J'avais deux options : soit j'appelais Lauren mais elle allait me râler dessus et me dire que j'aurai du faire un peu plus attention à moi ; soit j'appelais Jules et je m'exposais à de potentiels rires mais au moins elle ne me dirait pas que j'ai été idiot... ou peut être que si mais bon. Je donnais donc le téléphone de ma colocataire avant de me réinstaller dans mon lit dans l'attente de l'arrivée de Jules. Je me demandais comment elle prendrait la nouvelle. Peut être qu'elle serait inquiète ? Peut être qu'elle m'en voudrait aussi ? Ou alors elle se moquerait de moi ? Je ne savais pas ou du moins je ne savais plus du tout quoi penser. Depuis nos échanges de baiser nous faisions comme si rien n'était mais j'avais de plus en plus envie et même je dirais besoin de briser la glace avec elle. De plus maintenant nous avions un bébé ensemble : notre petite Arwen. Je réfléchissais à ce que je pouvais faire pour changer cette situation quand j'entendis la porte de ma chambre s'ouvrir. « Hey Salut Jules... » Elle était belle, canon, sublime... Bref ce n'était pas simple dans ma tête en ce moment.


Dernière édition par Hamish Romanov le Mar 9 Juin - 19:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: erreur de débutant ▬ Jules   Mer 20 Mai - 22:17


knock, knock,
knocking on heaven's door

« Allo ? Bonjour, c'est le San Francisco General Hospital. Vous êtes bien mademoiselle Hepburn ? Oui... Monsieur Hamish Romaniv nous a communiqué ce numéro, pouvez-vous venir pour lui au plus tôt ? ». Je crois que mon coeur vient de lâcher. C'est grave docteur ? Je demanderais bien à la gentille dame qui manque de toute évidence de délicatesse d'envoyer une ambulance, mais ma langue à dû s'enfuir dans la foulée. Bon sang. L'image d'un Hamish à moitié cramé par le feu s'impose sans demander mon consentement à mon esprit, et je secoues la tête le plus fort possible afin de chasser ce cauchemar de mes pensées. Bon sang. J'ai peur. J'ai tellement peur. C'est normal ? Je sens que je vais pas tenir. Respire. Respire, Luna. T'es plus forte que ça voyons, t'es une héroïne. « Mademoiselle ? ». Je tente de reprendre mes esprits, je me racle la gorge avec difficulté. « J-J'arrive. ». Sans attendre une seconde, je saisis mes clés qui traînent sur le bureau et claque la porte du commissariat derrière moi. Assise derrière le volant, je prends une grande inspiration. Point positif : il est vivant. On ne tout de même pas appeler pour aller chercher un cadavre. Un frisson me parcours l'échine rien qu'à cette pensée. Je suis bien moins forte que ce que j'aimais à penser. Pourquoi, nom de dieu, est-ce que je tremble ?

Oui. Okay. D'accord. J'aime bien Hamish. J'aime beaucoup Hamish. Ce satané baiser m'a peut-être plus retourné que ce que je prétends. Non. Ce satané baiser m'a électrifiée des pieds à la tête. Est-ce qu'il aura fallut un accident pour que je m'en rende compte ? Est-ce que je suis vraiment en train de tourner comme ces idiotes dans les films qui ont toujours un train de retard sur l'histoire ? Il pourrait être gravement blessé, il pourrait être dans le coma, là, maintenant. Et cette stupide fille de l’hôpital, pas capable de donner de précisions. Tu m'étonnes aussi que tant de gens fasse des crises cardiaques, si ils procèdent de cette manière avec tout le monde. Calme, Luna. T'en prends pas à cette dame, tu ne la connais pas. Elle ne mérite pas de subir les symptômes de ton stress. Elle fait son boulot. D'une manière assez critiquable, mais elle le fait. Contrairement à moi. J'aurais sans aucun doute dû prévenir Harold de mon départ, non ? Ne serait-ce que pour qu'il ne me couvre. Oh, et puis, trop tard, le temps file. Le chef comprendra. Et je m'excuserais auprès de Harold en lui apportant des cookies la prochaine fois. Hamish est à l’hôpital. Rien que cette pensée me fait frémir.

Je marche si vite dans les couloirs de l’hôpital que j'ai peur de trébucher sur une jambe ou un pied de fauteuil, mais je continue sans ralentir, suivant les indications que l'on m'a données à l'entrée pour atteindre la chambre d'Hamish. Je déteste les hôpitaux. Je déteste les hôpitaux. Je pousse la porte d'une force qui m’étonne, et débarque dans le silence de la pièce avec un air surpris que je ne contrôle pas. « Hey Salut Luna... ». Un soupir de soulagement m'échappe. Je m'autorise une demi-seconde pour reprendre mon souffle, abritée de tout les regards et des bruits électroniques des malades, puis je me précipite au chevet du blessé. Quel idiot. Ça va pas de me faire une peur pareille. Surtout pour si peu ! « Tu vas survivre ? ». Je lui souris malgré tout, malgré les sentiments qui se bousculent à l’intérieur de moi, malgré mes émotions qui prennent le dessus. « Me laisse pas tout de seule, hein, t'as pas le droit ! ». Je ris doucement, m'asseyant au bord du lit. « Qu'est ce que je pourrais bien dire à Arwen sinon, quand elle demandera où est son papa ? ».  


Dernière édition par Luna Hepburn le Ven 10 Juil - 20:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: erreur de débutant ▬ Jules   Mar 9 Juin - 20:50


oui je sais les hommes sont des bébés quand ils sont malades

Je n'aurai certainement pas dû faire appeler Luna. J'allais l'inquiéter mais je ne savais qui appeler d'autre. Je n'avais pas de famille en ville mis à part Lauren et je ne voulais pas qu'elle se fiche de moi bien qu'elle le ferait quand elle apprendrait que je m'étais fait mal aussi bêtement. J'attendais patiemment que l'on vienne me chercher. Je n'aurai pas le droit de conduire ma moto pendant deux mois minimum. De plus je devrai rester à la maison au moins deux mois. J'en avais marre déjà de l'hôpital. Vite qu'on vienne me libérer de cette chambre. Je ne tardais pas à voir arriver Luna. Elle semblait toute chamboulée. « Tu vas survivre ? » Je riais. « Ils veulent m'interdire de bosser et de conduire ma moto pendant deux mois. Je vais être invivable je te préviens. » Je me mis à lui sourire. Je voulais la voir sourire elle aussi. Elle était tellement belle quand elle souriait. Ah enfin un sourire de sa part. Je lui faisais une mine de chat potté. « Me laisse pas tout de seule, hein, t'as pas le droit ! » Je souriais tendrement et je me redressais dans le lit. Je passais mon bras – bah oui j'en avais plus qu'un ! - autour d'elle. Je déposais un baiser dans ses cheveux. « Tu vas devoir me supporter encore longtemps promis. T'en aura marre de moi tellement tu verras. » Je lui souriais un peu. Ça me faisait plaisir qu'elle soit venue aussi vite à l'hôpital. J'étais même flatté qu'elle se soit déplacé. Je comptais peut être pour elle finalement. « Tu ne pourrais pas te passer de moi de toutes les façons. Je suis trop indispensable. » Je prenais un air faussement hautain qui m'arracha un grand rire. « Qu'est ce que je pourrais bien dire à Arwen sinon, quand elle demandera où est son papa ? » Je réfléchissais intensément. « Et bien tu lui aurais dit que son papa est mort en héros... Et tu ne lui aurais jamais dit qu'il a traversé un plancher comme un bleu. » Je souriais à nouveau à Luna. « Merci d'être venue. Tu sais que ça me touche énormément que tu sois là. » Je la regardais droit dans les yeux puis je la lâchais et je me levais. « Dis moi que tu as croisé des infirmières et que je peux partir enfin. » J'enlevais la chemise hospitalière et je prenais ma propre chemise pour la remettre sur mes épaules prêt à partir. Bon comme j'avais un plâtre c'était la moitié de la chemise que j'avais sur mon dos. « Je crois que j'ai un problème technique là avec ma chemise non ? » Je regardais Luna en riant. « Je veux partir. » Je lui faisais les yeux doux et mon dieu elle était en tenue. « La tenue de service te va super bien. » Je souriais un peu charmeusement. Elle était grave canon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: erreur de débutant ▬ Jules   Sam 11 Juil - 19:21


knock, knock,
knocking on heaven's door

Quand je le vois là, étendu sur son lit d’hôpital, je ne peux pas m'empêcher de me traiter mentalement d'idiote une bonne dizaine de fois. C'est tellement trop... moi. Paniquée pour un rien, imaginer le pire tout en espérant au mieux. Perdre mon souffle pour une bêtise et sentir mon coeur lâcher pour des sottises. Il est là. Vivant et souriant. J'inspire une bouffée d'air si grande que je ne me rends compte seulement en cet instant avoir retenu mon souffle tout le long du couloir. « Ils veulent m'interdire de bosser et de conduire ma moto pendant deux mois. Je vais être invivable je te préviens. » Je le frappe doucement de mon poing fermé sur son épaule valide. « Je sais que tu vas essayer de désobéir, alors fais gaffe à toi, je t'ai à l’œil. » Je ris doucement, sentant toute mon inquiétude s’expulser de mon corps. « Tu vas devoir me supporter encore longtemps promis. T'en aura marre de moi tellement tu verras. ». Il se redresse et je ne peux retenir une grimace. Il a mal ? J’espère pas. Quoique, ça lui ferait une bonne leçon à retenir comme ça. Je m’apprête à lui dire d'y aller plus doucement sur les gestes brusques quand il passe un bras autour de moi. C'est plus fort que moi, il suffit qu'il me touche pour que la vision de ce baiser s'impose d'elle-même et contre ma volonté à moi à chaque fois que je cligne des yeux. Il m'embrasse sur la tête, comme une petite fille, et je le maudit silencieusement. « T'inquiète pas, je te servirais d’infirmière attitrée. » Bon sang, j'ai tellement du mal à saisir cet homme. Une minute, il se la joue mystérieux et fort, le genre à me voler un baiser passionné au milieu du salon, et la seconde suivante, il préfère se la jouer distant et se contente de mon front. Peut-être que c'est moi le problème dans le fond. « Tu ne pourrais pas te passer de moi de toutes les façons. Je suis trop indispensable. ». Il fait l'offusqué et je lui envoie un clin d'oeil « C'est bien ce qu'on verra quand tu seras passé par la fenêtre pour m'avoir trop embêté. ».

« Tu lui aurais dit que son papa est mort en héros... Et tu ne lui aurais jamais dit qu'il a traversé un plancher comme un bleu. » Mes yeux s'écarquillent. « Attends... Quoi ? C'est comme ça que tu t'es fait cette blessure de guerre ? T'aurais pas pu me raconter un mensonge glorieux plutôt ? ». J'éclate de rire, pas vraiment parce que je suis en train de me moquer de sa bêtise - bien qu'elle soit risible - mais plus parce que je me sens bien, heureuse. « Merci d'être venue. Tu sais que ça me touche énormément que tu sois là. ». Je souris, un peu rougissante. « Oh, fais pas ton sentimental. Evidemment que je suis venue. ».

« Je sais pas ce qu'en dise les infirmières, mais moi je te sors d'ici, debout Romanov ! ». Je me sens d'humeur à faire quelques bêtises, à enfreindre une ou deux règles mineurs. C'est peut-être le regard du pompier qui me rend si joueuse, je ne sais pas trop, j'ai juste envie de vivre un peu comme dans un film. Il enlève sa chemise et mes yeux dérivent. Hé ! Un peu de tenu, agent. Ouuais, c'est ça, comme si j'allais m'écouter. Je reste un peu trop longtemps le regard baissé, mais il ne peut pas le remarquer, coincé à moitié dans sa chemise. « Je crois que j'ai un problème technique là avec ma chemise non ? ». Mon rire se joint au sien, il a l'air d'une tortue bloquée sur le dos. Alors que je m'approche pour l'aider, telle la gentille personne que je suis, je remarque son regard posé sur moi de manière plutôt insistante : « La tenue de service te va super bien. » Son sourire de charmeur me fait monter le rouge au joue, mais je fais mon possible pour le cacher. « Arrête de mater, et suis-moi. » Je continue mon avancée et me place derrière lui pour l'aider à enfiler sa deuxième manche. Puis je le tire derrière moi sans prendre en considération ses questionnements. En vérifiant que la voie soit bien libre d'infirmières et autres docteurs aussi bien à droite qu'à gauche, je l’entraîne vers la réserve de fauteuils roulants, que je connais bien pour y avoir jouer une bonne partie de mon enfance avec les casses-cou qui me servaient de meilleurs amis. Je me retourne vers lui juste à l'entrée de la pièce, avec un sourire complice : « Tu voulais sortir, non ? ». Quoi ? Je porte la tenue ! Les gens oseront pas poser de questions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: erreur de débutant ▬ Jules   Mar 14 Juil - 18:34

J'avais plaisanté sur le fait que je serai insupportable à la maison mais ma colocation n'avait jamais eu l'occasion de me voir encore malade et j'étais un vrai boulet vraiment. J'avais toujours besoin d'attention. Je redevais un gros bébé mais en même temps c'était tous les hommes qui faisaient cela. « C'est bien ce qu'on verra quand tu seras passé par la fenêtre pour m'avoir trop embêté. » Le pire c'est qu'elle en était capable. Je connais très bien ma Luna. « Tu n'oserais quand même pas ! » Je savais qu'il ne fallait pas trop l'embêter mais que voulez-vous j'aimais bien la voir se mettre en rogne contre moi ça me donnait une excuse pour l'embrasser et pour lui couper le sifflet. Bon je ne le faisais pas que pour cela bien au contraire. Nous étions tous les deux très proches, peut être un peu trop même... Non. Mon esprit et mon cœur n'étaient pas d'accord. Ils voulaient plus. Ils voulaient vraiment qu'elle soit avec nous rien qu'avec nous et il fallait bien avouer que j'avais peur qu'elle ne le veuille pas. C'était pour cela que j'avais hésité à demander à ce qu'on l'appelle. Cependant elle était là et elle me donnait le plus beau des espoirs. Elle me demanda comment je m'étais fait mal et au lieu d'inventer un bobard je préférais lui dire la vérité et comme je m'y attendais elle se moqua de moi. « « Attends... Quoi ? C'est comme ça que tu t'es fait cette blessure de guerre ? T'aurais pas pu me raconter un mensonge glorieux plutôt ? ». Je me mis à rire à mon tour. « Hum non tu m'aurais démasqué de toutes les façons donc autant passer à table de suite ! » Je me décidais quand même à la remercier d'être venue parce qu'après tout elle aurait très pu ne pas le faire. Nous n'étions pas officiellement en couple ou même officieusement d'ailleurs. C'était moi qui me faisait des idées. Enfin les regards ne trompent pas. Je suis presque certain qu'elle m'apprécie beaucoup. Je pense même qu'elle est amoureuse de moi mais comment risquer de détruire une belle amitié en s'avouant nos sentiments ? Je ne savais moi même pas donner la réponse. « Oh, fais pas ton sentimental. Evidemment que je suis venue. ». Je lui souriais et je la remerciais une nouvelle fois. Je lui demandais alors un peu d'aide pour pouvoir remettre ma chemise. Elle m'aida et je sentis quand même un peu ses yeux se poser sur moi. Coquine. « Je sais pas ce qu'en dise les infirmières, mais moi je te sors d'ici, debout Romanov ! ». Il n'en fallait pas plus pour que je me lève. « Quel est le plan Hepburn. » Punaise la tenue mettait encore plus en valeur ses formes généreuses. Elle était canon. J'en baverais presque... Bon je sais me tenir alors je ne bave pas ! Mais je la reluque et bien comme il faut. « [color=steelblue]Arrête de mater, et suis-moi. » Toujours un sourire aux lèvres je la suis tout en continuant de la reluquer. Après tout j'ai le droit de profiter de la vue. Elle me ramène un fauteuil roulant et je reste pexplexe. « Tu voulais sortir, non ? ». « Ouais mais ça fait un peu handicapé quand même. » Bon pas le temps de protester. Elle m'oblige à m'asseoir et on sort enfin de ce maudit hôpital.en fait ce fut quand même super facile de sortir de l'hôpital. Nous nous retrouvâmes très vite à la maison et c'est à ce moment précis que je me rendis compte que Luna était la femme de ma vie et que je ferai tout pour la garder à mes côtés le plus longtemps possible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: erreur de débutant ▬ Jules   Lun 10 Aoû - 19:27


knock, knock,
knocking on heaven's door

Hamish. Pffu. Hamish. Que dire. Par où commencer. Et sans points d'interrogation, parce que je sais très bien que je ne pourrais répondre à aucune de ces deux questions. C'est pas simple. C'est même carrément complexe. Et ça me plait trop pour pouvoir être considérer comme une simple amitié platonique. Définitivement plus qu'une simple amitié. Définitivement pas platonique. Et pourtant, rien. Enfin trop, puis ensuite rien. « Tu n'oserais quand même pas ! ». Je souris, et je rie, je relève les yeux et le regarde droit dans les pupilles : « Ne me teste pas Romanov, ne me teste pas. ». Une étincelle semble s'allumer dans mes pupilles. Une poussière de malice, mon côté joueur qui remonte à la surface. Ou plutôt qui n'a jamais été enfoui. La monotonie, ça n'a jamais été mon truc, de toute manière. Je suis toujours une enfant au fond, et les enfants, ça s'ennuie vite. Pourtant, qu'importe la situation, je n'arrive pas à m'ennuyer d'Hamish. Jamais. Et je pourrais tenter de prétendre ne pas comprendre pourquoi, mais la vérité, tout le monde la connait. Déjà que je suis une personne plutôt transparente de nature - bien que j'essaye au possible de me soigner -, le fait que Mish et moi soyons si proche n'arrange rien. Non seulement nous vivons sous le même toit, mais en plus, il y a... tout le reste. Les photos, les allusions et les sous-entendus. Certaines n'aiment pas trop ça, d'autres les relancent, et moi... disons que ça me plait bien. Plus que bien. Même carrément plus que bien.

J'ai l'impression d'être retombée en adolescence. D'être cette fille fondamentalement trop awkward pour être populaire qui refuse d'admettre tomber sous le charme du mignon quarterback même lorsque les téléspectateur hurle son idiotie à leur téléviseur. « Hum non tu m'aurais démasqué de toutes les façons donc autant passer à table de suite ! ». On continue à parler, on continue à sourire, on continue à rire et à rougir. Ceci pendant un moment, avant de décider de sortir. « Quel est le plan Hepburn ? » Le plan... Le plan... Le plan ? On est obligé d'avoir un plan ? Très bien d'accord, agent Hepburn, trouve donc un plan. Un sourire fleurit sur mon visage quand le plan en question germe dans mon esprit. Je suis sûre qu'une petite ampoule s'illumine au dessus de ma tête, en ce moment même. « Arrête de mater, et suis-moi. ». J'ai de la chance de porter un uniforme. Personne ne pose de questions, personne ne nous interrompt, même quand j’emmène le grand malade piquer un fauteuil roulant - que nous allons rendre dans quelques jours (ou semaines ?) évidemment. « Ouais mais ça fait un peu handicapé quand même. ». Chut chut, on ne proteste pas devant un agent de police. En deux -trois geste, il s'assoit, et nous traversons les couloirs. Arrivés au parking, je m’autorise quelques virages, et même à courir un peu, parce que c'est fun et que j'ai envie. Je sais pas. Au fond j'ai pas vraiment envie de savoir. J'agis par impulsivité, par envie. Et ça me plait. D'être avec lui. D'être simplement heureuse. Et en ce moment, comme tout les autres moments depuis que je le connais, j'ai envie de lui. Autant que possible. Pour toujours.

FIN .

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: erreur de débutant ▬ Jules   Aujourd'hui à 2:03

Revenir en haut Aller en bas
 
erreur de débutant ▬ Jules
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les petites maisons de Jules GOSSELIN
» Le Havre - Rue Jules Siegfried
» Erreur Fraulein?
» La Normandie de Jules Janin.
» Jules SIEGFRIED (1837-1922)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: San Francisco General Hospital-
Sauter vers: