AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
FERMETURE DU FORUM
Vous pouvez cependant nous retrouver sur SCREW DESTINY, GOLDEN PALACE ou TACOSTOWN !! ♥

Partagez | 
 

 I'll be your eyes when you can't see the light. + Carlisle & Elsa ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elsa McMahon



∞ Date d'inscription : 07/01/2015
∞ Messages : 146

MessageSujet: I'll be your eyes when you can't see the light. + Carlisle & Elsa ♥   Jeu 9 Juil - 21:03


Carlisle ♥
I'll be your eyes

La vie c'est triste, si on décide que c'est triste. Il faut décider que c'est joyeux, et des fois c'est triste un peu, mais c'est joyeux ok ? Oui, j'ai vu Vice-versa ! Et pour Carlisle, la vie a été assez triste pour lui récemment. Maintenant on est joyeux ! Même si on est aveugle, oui. Et alors ? Il peut encore faire plein de choses, en étant aveugle ! Genre... Chanter ! Bah ouais, au moins il n'est pas muet ! Bref, aujourd'hui il fait beau et je n'ai rien de prévu, alors c'est l'heure de sortir mon ami de sa monstrueuse chambre d'hôpital. Enfin pour cela, il faut que je négocie avec le personnel médical. Parce que je ne suis pas le maître suprême ici, et franchement ça c'est triste. J'ai quand même eu le droit à un « Mais pourquoi vous voulez l'emmener dehors ? Il est aveugle ! » d'une infirmière, je pense avoir trouvé la couillonne qui s'occupe de Carlisle ! et qu'on me pense hystérique en voyant que j'insiste avant qu'on n'appelle enfin le docteur qui s'occupe réellement de mon ami. Et lui, en plus d'être plutôt joli à regarder, il a été compréhensif et a même trouvé mon idée merveilleuse ! Enfin quelqu'un de censé sur cette terre.

C'est en me trimballant un magnifique fauteuil roulant que j'entre dans la chambre de Carlisle. En ayant frappé, bien entendu ! Je ne suis pas complètement malpolie ! « Coucou ! Devine qui c'est ! » Ce qui est drôle, avec Carlisle, c'est que je n'ai même plus besoin de mettre les mains sur ses yeux pour jouer à « qui est là ? ». Okay, je suis peut-être cruelle un peu. Je gare mon fauteuil dans un coin et me rapproche de son lit. « Alors là je me rapproche de toi, et je vais t'embrasser la joue pour te dire bonjour. Ne prends pas peur ! » Parce qu'il ne voit pas, je suis ses yeux vous comprenez ? Enfin bref, je me penche et embrasse sa joue, puis m'assieds sur le rebord du lit. « J'espère que tu te sens bien aujourd'hui, parce que je t'emmène dehors ! Cette chambre sent mauvais, et tu as besoin de sentir les rayons de soleil contre ta peau. Je le sais, je le sens ! Et non, ne me remercie pas ! Je suis une déesse, j'en ai bien conscience. » J'exagère un ton modeste en riant. Et puis au cas où, j'attrape l'une de ses mains de l'une des miennes. « Tu veux ? » Je préfère lui demander, parce que sinon... C'est de la profitance de personne handicapée ! Je pourrais aller en prison étout !

Mais il veut bien. Alors je l'aide à prendre place dans le fauteuil, j'ai pas tout compris pourquoi : parce qu'il est aveugle il ne sait plus marcher ? Dur ! et on sort de la chambre. Puis on va prendre l'ascenseur, et on arrive enfin au parc de l'hôpital. Il y a des gens ici et là, entre les médecins qui prennent leur pause cigarette et les patients et leurs familles qui prennent l'air... Un sourire prend place sur mes lèvres tandis que je pousse le fauteuil de Carlisle dans l'allée. « On est dans le parc de l'hôpital. Il est plutôt grand, genre... J'en vois pas le bout. Et c'est vert. Il y a de l'herbe et des arbres. Oh, et des fleurs bien sûr ! Moult pâquerettes... Tu voudras que je te fasse une couronne de fleurs ? » Je lui propose d'une voix guillerette. Puis finalement, je vire un peu brusquement le fauteuil de l'allée parce que j'ai repéré un banc de libre. « Oups pardon, je n'ai pas mon permis fauteuil roulant ! » Je m'excuse. On prend place sur le banc. Et je me penche pour cueillir quelques pâquerettes. Il va être beau vous allez voir !

« Okay, alors... En face de nous, il y a un autre banc. A genre cinq mètres ? Et entre les deux, c'est juste de l'herbe avec des pâquerettes. En fait nous sommes dans une sorte de carré d'herbe, avec des bancs ici et là. C'est super bucolique ! Et le ciel... » Je lève la tête en l'air. « Il est bleu ciel, c'est très surprenant je sais. Il n'y a pas de nuages, à part des fines nuées blanches. Voilà, ça c'est ce que je vois. Maintenant à toi de me dire ce que tu vois ! » C'est un nouveau jeu pour tester sa plasticité cérébrale. Je lui dis ce que je vois avec mes yeux, et il me dit ce qu'il voit avec ses autres sens. Pendant qu'il prend la parole, je me tourne vers lui pour l'observer en toute impunité. Il est quand même beau, Carlisle. « Je suis quand même contente que tu sois de retour. » Je lâche au bout d'un moment. Parce que ça fait longtemps que je le connais, et qu'il était loin et dans un endroit dangereux, la preuve... Je pousse un léger soupir. « J'aurai préféré que tu reviennes en meilleure santé, certes, mais au moins tu es là. Et tu m'as manqué, un peu. Et bref, c'était la minute sentiments, pardon. » Je ris légèrement, un peu gênée. Suis-je égoïste à ce point ? C'est possible.
Code by Silver Lungs


Because you are beautiful. I enjoy looking at beautiful people, and I decided a while ago not to deny myself the simpler pleasures of existence.
Revenir en haut Aller en bas
Carlisle K. Fraser



∞ Date d'inscription : 24/04/2013
∞ Messages : 278

MessageSujet: Re: I'll be your eyes when you can't see the light. + Carlisle & Elsa ♥   Dim 12 Juil - 23:26

I'll be your eyes when you can't see the light
Elsa ∞ Niklaus
Cela fait près de quatre jours que je suis réveillé et je n'ai qu'une seule envie, c'est de rentrer chez moi. Enfin, chez moi, chez Lily, chez nous quoi. Je ne veut pas être une contrainte pour ma mère, ni pour ma sœur. C'était déjà assez embarrassant quand ils sont venu me voir. Je déteste quand elles se font du souci pour moi, et même si je suis vivant, ma nouvelle cécité fait qu'elles ne vont pas me lâcher d'aussitôt. Même si je ne vois plus, je reste le même homme. Je reste le soldat fort, protecteur, je pense que je suis toujours aussi drôle, même si pour le moment c'est avec un certain cynisme mais je pense que j'ai une circonstance atténuante.
Toc toc toc.
Tient, encore une visite. Je tourne le visage vers la porte essayant d'imaginer qu'elle voix va se faire entendre.
- Coucou ! Devine qui c'est !
Et voilà que je souris comme un idiot. C'est d'habitude un jeu qu'on fait en privant la personne de la vue, c'est bien trouvé je trouve, et elle ne s'excuse pas ce qui est plaisant aussi. Certes, on peut pas trop en rire pour le moment, mais je ne suis pas totalement fermé non plus. Et puis, je sais qui c'est, et là je me sens trop puissant.
- J'en sais rien... Euh... C'est toi Jenna ?
Je sens qu'elle va me frapper (ou pas, je suis aveugle depuis peu, elle devrait avoir pitié!) et je ne peux m'empêcher de sourire comme un débile, fier de ma connerie. Je l'entends finalement s'approcher de moi avec... Un truc qui semble rouler ? Une trottinette ?
- Alors là je me rapproche de toi, et je vais t'embrasser la joue pour te dire bonjour. Ne prends pas peur !
Oh, c'est sympa de me prévenir je trouve ! Elle m'embrasse la joue et je ferme les yeux, toujours un sourire aux lèvres.
- J'espère que tu te sens bien aujourd'hui, parce que je t'emmène dehors ! Cette chambre sent mauvais, et tu as besoin de sentir les rayons de soleil contre ta peau. Je le sais, je le sens ! Et non, ne me remercie pas ! Je suis une déesse, j'en ai bien conscience.
J'ai le droit de sortir ? Vraiment... Non, c'est pas possible ! La Débila qui me sert d'infirmière à dit oui, ou elle a encore sortie sa connerie du jour ?!
- Tu veux ?
- Tu oses me poser la question ?! Oui, oui je veux sortir de cette chambre, j'en peux plus !
Je me redresse du lit et elle me guide vers un fauteuil roulant (dommage pour la trottinette!) Après avoir demandé à une autre infirmière que Débila par rapport à ma perfusion, je vérifie dans des gestes un peu maladroits, elle est bien là, elle roule, les gouttes tombent. Je serre la barre dans ma main et souris comme un enfant.
- Fait moi rêver cologirl !
Oui, je me suis sentis inspiré tient. Elle me pousse un peu dans le couloir, et rien qu'avec ça je suis tout foufou ! Pouvoir sentir le vent dans mes cheveux, et les sensations sont tellement plus décuplées. Quand on passe la porte vers l’extérieur, les odeurs et l'atmosphère changent du tout au tout. Tout semble plus frais, plus doux, intense aussi.
- On est dans le parc de l'hôpital. Il est plutôt grand, genre... J'en vois pas le bout. Et c'est vert. Il y a de l'herbe et des arbres. Oh, et des fleurs bien sûr ! Moult pâquerettes... Tu voudras que je te fasse une couronne de fleurs ?
Je plisse les yeux.
- Je crois que peu importe ce que je vais dire, tu vas me la faire et comme je suis aveugle, je n'y verrais que du feu et q... WOW !
Un virage terrible vient de se faire sentir... ok !
- Oups pardon, je n'ai pas mon permis fauteuil roulant !
Je lève les yeux vers le ciel.
- J'ai peur maintenant !
On finit par s'arrêter, elle doit avoir trouvé où s’asseoir et moi, et bien, je suis assis depuis le début.
- Okay, alors... En face de nous, il y a un autre banc. A genre cinq mètres ? Et entre les deux, c'est juste de l'herbe avec des pâquerettes. En fait nous sommes dans une sorte de carré d'herbe, avec des bancs ici et là. C'est super bucolique ! Et le ciel... Il est bleu ciel, c'est très surprenant je sais. Il n'y a pas de nuages, à part des fines nuées blanches. Voilà, ça c'est ce que je vois. Maintenant à toi de me dire ce que tu vois !
Je me tourne vers sa voix et fronce les sourcils.
- Je dessine sur un fond noir tout ce que tu viens de me décrire. Et c'est plaisant, merci.
Le silence s'installe, et j'écoute la nature, le bruissement des feuilles, les oiseaux qui chantent.
- Je suis quand même contente que tu sois de retour.
Gardant le visage droit, fixant l'obscurité d'en face (oui comme dire autrement...) je souris doucement.
- Tu n'es pas la seule à être heureuse que je sois là... je dis, un peu amère.
Pas que je ne suis pas heureux, j'aurais juste aimé rentrer de ma mission dans un mois, comme c'était prévu.
- J'aurai préféré que tu reviennes en meilleure santé, certes, mais au moins tu es là. Et tu m'as manqué, un peu. Et bref, c'était la minute sentiments, pardon.
Un grand sourire se dessine sur mon visage.
- J'ai peur...
Je fronce de nouveau les sourcils. Je ne dis pas trop ce que je ressens depuis que je suis revenu. Je minimise le plus possible pour ne pas inquiéter les gens, mais avec Elsa, c'est différent. Elle a une force que les autres n'ont pas. Je ne dis pas ça méchamment, au contraire, ils ont juste besoin d'être plus protégé.
- Je sais qu'être aveugle n'est pas une fin, il y a beaucoup de personnes aveugles dans le fond. Je me dis juste... J'étais bon... Comme soldat, j'étais l'un des meilleurs. Mais maintenant, je vais faire quoi ?
Je baisse un peu la tête.
- Je suis heureux d'être encore en vie, de retour aussi... J'aurais voulu que ca se passe autrement, comme vous tous je crois.
Code by Silver Lungs


"Wake me up"
'Cause maybe you're loveable and maybe you're my snowflake, and your eyes turn from green to gray in the winter I'll hold you in a cold place. And you should never cut your hair 'cause I love the way you flick it off your shoulder. And you will never know just how beautiful you are to me. But maybe I'm just in love when you wake me up...
Revenir en haut Aller en bas
Elsa McMahon



∞ Date d'inscription : 07/01/2015
∞ Messages : 146

MessageSujet: Re: I'll be your eyes when you can't see the light. + Carlisle & Elsa ♥   Mer 15 Juil - 4:16


Carlisle ♥
I'll be your eyes

« Fait moi rêver cologirl ! » J'esquisse un sourire et pousse Carlisle en dehors de l'hôpital. Aujourd'hui, nous ne sommes pas le 4 juillet mais c'est tout de même la liberté ! Je prends le temps de lui décrire le parc de l'hôpital. Il est aveugle, mais il possède encore cette merveilleuse faculté de l'entendement qu'est l'imagination, il me semble. « On est dans le parc de l'hôpital. Il est plutôt grand, genre... J'en vois pas le bout. Et c'est vert. Il y a de l'herbe et des arbres. Oh, et des fleurs bien sûr ! Moult pâquerettes... Tu voudras que je te fasse une couronne de fleurs ? » Tu veux être une princesse fluffy pink Carlisle ? Sa réponse me fait rire, et puis je ne suis plus tellement concentrée sur ce que je fais et lorsque je décide de bifurquer vers un banc, je le fais un peu trop brusquement. Bonjour, je vais assassiner l'un de mes meilleurs amis parce que je suis nul. « WOW ! » Ah, et il l'a senti en plus. Je grimace un peu, même s'il ne peut pas le voir. « Oups pardon, je n'ai pas mon permis fauteuil roulant ! » J'ai à peine mon permis caddie au supermarché. Par contre la voiture je gère, t'inquiète ! « J'ai peur maintenant ! » Mroh, il exagère. Je pouffe de rire. « Excuse-moi. Je vais faire attention maintenant, promis ! » Je gare son fauteuil à côté du banc, cale les freins et m'assieds. Et je cueille des pâquerettes, aussi, bien décidé à lui offrir une couronne de fleur !

Et parce que j'ai décidé d'être ses yeux, je me mets à lui décrire ce que je vois autour de moi. Le banc d'en face. L'herbe et les pâquerettes. Et le ciel, bien entendu. Tu veux que je te récite un court poème ? « Je dessine sur un fond noir tout ce que tu viens de me décrire. Et c'est plaisant, merci. » J'acquiesce avec un sourire. « Je t'en prie. » C'est très poétique tout ça. Et puis je me concentre sur la confection de ma couronne de fleurs, et j'essaie de ne pas trop réfléchir. Je ne voudrais rien dire d'inapproprié. Et en même temps, je ne veux pas rien dire, et je me dis que selon le point de vue tout peut être inapproprié. Carlisle est aveugle. Peut-être pour toute sa vie. Ou peut-être pas, je ne suis pas médecin et j'ignore comment la science va avancer dans les années à venir. Peut-être que demain on viendra frapper à sa porte pour l'informer qu'il peut avoir des yeux de robots qui voient jusqu'à Pluton ! Mais tout n'est que supposition, et la réalité c'est que Carlisle est là. Et oui, Carlisle est aveugle. Mais j'ai presque envie de dire que ce n'est qu'un détail.

« Je suis quand même contente que tu sois de retour. » Je pose mon regard sur son visage et observe sa bouche s'étirer en un léger sourire. Un peu forcé, peut-être. « Tu n'es pas la seule à être heureuse que je sois là... » Alors je pense à Lily, qui me semble tellement perdue dans sa vie en ce moment. Et à Dimitri, qui est triste. Et je me demande s'ils sont vraiment heureux du retour de Carlisle, où s'ils se sont laissé bouffer par le fait qu'il soit devenu aveugle. Est-ce que désormais, Carlisle ne sera identifié non pas pour le type génial qu'il est mais par son handicape ? Je le crains fortement... « J'aurai préféré que tu reviennes en meilleure santé, certes, mais au moins tu es là. Et tu m'as manqué, un peu. Et bref, c'était la minute sentiments, pardon. » Je tiens à rajouter. Et c'est vrai, il m'a manqué. Malgré quelques circonstances atténuantes, il reste l'un de mes amis de plus longue date et j'avais l'habitude de vivre dans un monde où je pouvais le voir régulièrement, jusqu'à ce qu'il s'engage dans l'armée. Un sourire sincère s'inscrit sur son visage. « J'ai peur... » Il confesse. Et je souris. « Je sais. C'est normal... Même logique. » J'aurai peur, moi aussi, à sa place. Bien sûr, je ne suis pas à sa place. Mais les événements et la tendance naturelle à l'égoïsme de l'être humain ont fait que je me suis posé la question. Qu'est-ce que je ferais si jamais je venais à perdre un sens ? Tu le sauras bien assez vite ma petite, blbl !

« Je sais qu'être aveugle n'est pas une fin, il y a beaucoup de personnes aveugles dans le fond. Je me dis juste... J'étais bon... Comme soldat, j'étais l'un des meilleurs. Mais maintenant, je vais faire quoi ? » Je fronce les sourcils et presse fermement mes lèvres entre elle, pour le laisser vider son sac. J'ai une tonne d'opinions là-dessus, et il faut que je réfléchisse. Pour ne pas dire de bêtise. Pour réussir à trouver ce qu'il a le plus envie d'entendre. « Je suis heureux d'être encore en vie, de retour aussi... J'aurais voulu que ça se passe autrement, comme vous tous je crois. » Je lâche mes fleurs et vais m'emparer de l'une de ses mains pour la serrer fermement des miennes. L'autre se joint à l'échange et c'est un joyeux bordel de doigts que nous formons. Je me permets encore quelques secondes de réflexion avant de prendre la parole. « J'ai lu quelque part quelque chose du genre qu'il faut un certain nombre d'essais avant de trouver son âme soeur. Et pareil pour son métier idéal. Dans la vie, on tourne en rond, en fait. On s'installe dans une routine jusqu'à ce qu'on en ait marre, et alors on décide de changer. Ou pas, si cette routine nous convient... » Bonjour, Elsa, philosophe à ses heures perdues. « Tu as déjà trouvé ton âme soeur, Carlisle. Tu seras un bon mari, et si Dieu le permet un bon père. Et tu étais un bon soldat, je n'en doute pas... Mais tu peux être tellement d'autres choses, aussi. C'est peut-être pas évident dans l'immédiat, et tu mettras sans doute du temps avant de trouver quelque chose dans quoi t'épanouir comme tu t'épanouissais à l'armée mais... » Elsa l'optimisme ? OUAIS ! On y va. « Ce que je veux dire, c'est que tu as été forcé de dire adieu à ta routine. Je ne nie pas qu'il y aura un avant et après l'accident. Mais ça ne veut pas dire que l'après doit être plus mauvais que l'avant. Tu peux faire et devenir tellement de choses, Carlisle ! C'est un monde entier qui s'ouvre à toi. » Don't stop believing. Je laisse un autre silence s'installer. Le temps que mes paroles le pénètrent et transcendent son âme. Euw. « Personnellement, je te vois bien en poète. » Je dis avec un petit rire. Pourquoi pas ? Carlisle est sensible comme une étoile, a la délicatesse d'une violette et la force d'un courant d'air ! Tout est possible.
Code by Silver Lungs


Because you are beautiful. I enjoy looking at beautiful people, and I decided a while ago not to deny myself the simpler pleasures of existence.
Revenir en haut Aller en bas
Carlisle K. Fraser



∞ Date d'inscription : 24/04/2013
∞ Messages : 278

MessageSujet: Re: I'll be your eyes when you can't see the light. + Carlisle & Elsa ♥   Mer 15 Juil - 19:37

I'll be your eyes when you can't see the light
Elsa ∞ Niklaus
Cela fait un bien fou d'être dans le parc. Si certaines personnes doivent trouver ça étrange d’amener un aveugle dehors (mais, l'est-ce vraiment ?), je me sens tout simplement revivre. Sentir le vent dans mes cheveux, le soleil contre mon visage. Avec les paroles de Julia, j'arrive facilement à imaginer ce qui nous entoure. Ca, et le fait que je sois un homme de San Francisco aussi, oui, cela aide ! Je prends une grande bouffée d'air, je crois que maintenant j'ai envie de rester dehors pendant une bonne semaine, tous le temps que j'ai pu passer dans cet hôpital en fait. Et alors qu'on discute avec Elsa, je ne peux m'empêcher de me confier à elle.
- J'ai peur...
Voilà, c'était dit. Je me suis vaguement demandé avec qui je pourrais confier ce genre de chose, car il fallait bien que ça sorte à un moment ou à un autre, et c'est tombé sur Elsa, la super Elsa. Je sais qu'elle gardera mon secret, outre le fait que je connais sa force, nous avons un secret en commun, et elle ne m'a jamais trahis.
- Je sais.
Je tourne le visage vers elle, étonné mais en même temps, soulagé. Elle ne va pas chercher à me dire que tout va bien se passer, mais me dire ce qu'elle a réellement sur le cœur, et c'est de ça dont j'ai besoin, d'un brun de vérité pour une fois.
- C'est normal... Même logique.
J'enchaîne avec ce qui me trouble le plus. Outre le fait de ne plus être capable de voir, je sais que je ne pourrais plus être soldat et ça, ça me brise le cœur. Je me suis battu pour ce métier, j'ai voulu rendre mon père fier et, sans me vanter, je pense qu'il l'est. Mais quoi maintenant. Je deviens la honte de mon régiment en ne revenant pas, en abandonnant mes compagnons. Et tout cela pour faire quoi de ma vie ? Qu'est-ce qu'un aveugle peut faire ? Même les petits métiers comme la mise en rayon, caissiers ou encore jardinier, je ne peux pas le faire car je ne vois pas. Soudain, j'entends un mouvement un peu brusque et elle glisse ses mains contre les miennes. Je tente de la regarder, mais comme toujours depuis mon réveil, mes yeux divaguent à la recherche de quelque chose qu'ils ne verront plus
- J'ai lu quelque part quelque chose du genre qu'il faut un certain nombre d'essais avant de trouver son âme soeur. Et pareil pour son métier idéal. Dans la vie, on tourne en rond, en fait. On s'installe dans une routine jusqu'à ce qu'on en ait marre, et alors on décide de changer. Ou pas, si cette routine nous convient...
Cette routine me convenait pour le moment, et il semblait que cela convenait aussi à Lily. Pour ce qui est de la changer, disons que le destin à tout fait pour me forcer à la revoir à la baisse.
- Tu as déjà trouvé ton âme soeur, Carlisle. Tu seras un bon mari, et si Dieu le permet un bon père. Et tu étais un bon soldat, je n'en doute pas... Mais tu peux être tellement d'autres choses, aussi. C'est peut-être pas évident dans l'immédiat, et tu mettras sans doute du temps avant de trouver quelque chose dans quoi t'épanouir comme tu t'épanouissais à l'armée mais...
Ce qu'elle me dit me réchauffe le cœur. Et puis, si je deviens père, nul doute qu'elle deviendra marraine, et je suis sûr qu'elle adorerait ça, mais...
- Ce que je veux dire, c'est que tu as été forcé de dire adieu à ta routine. Je ne nie pas qu'il y aura un avant et après l'accident. Mais ça ne veut pas dire que l'après doit être plus mauvais que l'avant. Tu peux faire et devenir tellement de choses, Carlisle ! C'est un monde entier qui s'ouvre à toi.
Voilà, c'est ca que je voulais entendre. Je ne peux m'empêcher de serrer mes doigts contre les siens, comme pour la remercier pour ce beau discours (digne des plus beaux philosophes il faut le dire quand même !). Cela me réchauffe le cœur et elle doit le savoir ! Oui, c'est ce que je voulais entendre ! Enfin, non, pas spécialement, mais le fait est que je voulais la vérité, et même si mon cœur bat toujours un peu plus fort en pensant surtout à l'après accident. Je sais qu'on va souvent m'assimiler à mon handicap, que si les gens voudront faire comme si de rien, ils auront toujours des gestes, ou encore des intentions qui se voudront gentilles. Je ne veux pas de la pitié des gens, je ne veux pas qu'on pense que parce que je suis aveugle je suis devenu plus faible. Si pour le moment c'est très difficile, je compte clairement en faire une force avec le temps.
- Personnellement, je te vois bien en poète.
Et voilà comme elle arrive à détendre l'atmosphère. Je ne peux m'empêcher de pouffer de rire en levant les yeux vers le ciel.
- Il est vrai que les poètes n'ont besoin que de leurs sentiments pour pouvoir travailler.
Je regarde droit devant moi, imaginant l'herbe bougeant au rythme du vent.
- Je sais que l'armée va me verser une pension, j'ai déjà pensé à l'avenir un peu, il faut dire que je n'ai rien d'autre à faire. Je ne sais pas si elle t'a dit, mais Lily m'a proposé de venir vivre avec elle. J'ai l'impression que malgré tout, les choses avancent entre nous, et que ça va renforcer notre couple. J'ai aussi pensé au fait que je devrais apprendre le braille, par contre je n'ai toujours pas pensé à des métiers où la vue n'est pas nécessaire... Surtout quand on n'a pas de diplôme et qu'on sort de l'armée...
C'est ça qui me fait le plus peur en fait, je ne veux pas me retrouver tous les jours sans rien faire. Je veux pouvoir me lever, avoir un but, un boulot pour pouvoir assurer l'avenir de Lily, notre avenir et ceux de nos enfants comme l'a sous entendu Elsa. Malgré tout, la vue reste un des sens les plus importants, et je n'ai toujours pas trouvé quoi faire de mon avenir...
Code by Silver Lungs


"Wake me up"
'Cause maybe you're loveable and maybe you're my snowflake, and your eyes turn from green to gray in the winter I'll hold you in a cold place. And you should never cut your hair 'cause I love the way you flick it off your shoulder. And you will never know just how beautiful you are to me. But maybe I'm just in love when you wake me up...
Revenir en haut Aller en bas
Elsa McMahon



∞ Date d'inscription : 07/01/2015
∞ Messages : 146

MessageSujet: Re: I'll be your eyes when you can't see the light. + Carlisle & Elsa ♥   Sam 18 Juil - 20:39


Carlisle ♥
I'll be your eyes

La minute sentiments est passée. Nous sommes relativement heureux que Carlisle soit de retour. Tous plus ou moins pareil ? Et bien entendu, ça aurait été mieux qu'il ne revienne pas aveugle. Mais c'est ainsi et nous devons l'accepter. Et après la minute sentiment la minute vérité. Carlisle a peur. Ce qui est parfaitement normal. Seul un fou ne serait pas effrayé à sa place. Il a peur parce qu'il ne sait pas où il va et qu'il aimait sa vie telle qu'elle était. Et ça aussi, c'est normal. Et avant de prendre la parole, et aussi le temps de mettre mes idées en ordre, je me rapproche de lui et mélange nos mains et doigts ensemble. Coucou on s'aime. « J'ai lu quelque part quelque chose du genre [...] » Et quand je commence une phrase comme ça il faut que vous vous prépariez mentalement à vous accrocher pour me suivre. Mais j'ai lu quelque part que nous sommes fait d'expériences et que c'est pas grave si on se trompe et qu'on recommence. Et la routine, ça ne dure pas, non plus. Mais ce n'est pas grave. Parce que Carlisle n'est pas seul et tout perdu dans sa vie. Il a Lily. Ils sont fiancés, et ils auront un beau mariage. Et des enfants, peut-être ? Pourquoi pas. Quand à son métier... « Et tu étais un bon soldat, je n'en doute pas... Mais tu peux être tellement d'autres choses, aussi. C'est peut-être pas évident dans l'immédiat, et tu mettras sans doute du temps avant de trouver quelque chose dans quoi t'épanouir comme tu t'épanouissais à l'armée mais... Ce que je veux dire, c'est que tu as été forcé de dire adieu à ta routine. Je ne nie pas qu'il y aura un avant et après l'accident. Mais ça ne veut pas dire que l'après doit être plus mauvais que l'avant. Tu peux faire et devenir tellement de choses, Carlisle ! C'est un monde entier qui s'ouvre à toi. »  Même si littéralement, il ne peut pas le voir.  Et que l'avenir est un bien grand et vague mot. Je parle en connaissance de cause, moi-même j'ignore ce que je compte faire plus tard. Je noie mon ignorance dans des activités artistiques, mais au fond... Au fond je ne vais pas ramener ça à moi, duh ! « Personnellement, je te vois bien en poète. » Pourquoi pas ? C'était joli, ce qu'il disait, tout à l'heure. « Il est vrai que les poètes n'ont besoin que de leurs sentiments pour pouvoir travailler. » Et de leurs doigts pour compter. Je ris légèrement. Oui, voilà. C'est l'idée !

« Je sais que l'armée va me verser une pension, j'ai déjà pensé à l'avenir un peu, il faut dire que je n'ai rien d'autre à faire. » Je souris légèrement. Think positive ! « Je ne sais pas si elle t'a dit, mais Lily m'a proposé de venir vivre avec elle. J'ai l'impression que malgré tout, les choses avancent entre nous, et que ça va renforcer notre couple. » Et il faut que ça se passe ainsi. « Non, elle ne m'a pas dit... Mais ça fait longtemps qu'on n'a pas passé du temps ensemble, elle travaille beaucoup pour son stage. Et c'est une très bonne chose, je pense... Si vous ne vous tapez pas dessus pour savoir où se range la télécommande, tout devrait bien se passer ! » Je fais en riant. Non non, ça ne sent absolument pas le vécu. « J'ai aussi pensé au fait que je devrais apprendre le braille, par contre je n'ai toujours pas pensé à des métiers où la vue n'est pas nécessaire... Surtout quand on n'a pas de diplôme et qu'on sort de l'armée... » Oh nooon ! On était parti pour penser positif aaah retour à la case départ ! Je vais finir par me sentir frustrée de la vie je crois !  « D'après ce que j'ai appris en cours de science il y a moult temps, tu n'auras aucun mal à apprendre le braille. Parce qu'une fois que ton cerveau a compris que les zones qui servait à la vision seront inutilisables, il les reconvertira pour faire d'autre chose... Je crois. Enfin c'est comme du recyclage quoi ! » Vous vous demandez encore pourquoi je ne me suis pas lancé dans une grande carrière scientifique ?  « Et attends, je vais te faire une glorieuse danse de la positivité, wait a minute ! » Parce que nous avons besoin d'attirer toutes les bonnes ondes de la terre, il faut bien que je danse pour Carlisle. Même s'il ne peut pas la voir, peu importe ! Après une grande inspiration je me place devant mon ami, secoue les bras dans tous les sens en faisant des invocations en grec ancien. Je ne plaisante même pas !  « εκ κινδύνου λύτρωσαι ἡμᾶς μόνη ἁγνὴ μόνη εὐλογημένη. Je n'ai absolument AUCUNE IDEE de ce que je viens de dire, c'est génial ! » J'arrête de gigoter. Il fait trop chaud pour ce genre de conneries. « Et sinon... Arrête de penser par rapport au fait que tu es aveugle ! Pense à ce que toi, tu veux faire. Et après vois s'il y a moyen de le faire. Ne t'adapte pas au monde, adapte le monde à toi ! » Je pense vraiment que je vais tout plaquer pour écrire un livre de comment vivre bien selon moua ! « Carlisle, je t'aime de tout mon coeur mais si tu n'y mets pas du tien je vais être frustrée dans ma vie. Tu sais ce que Dory elle dit ? Elle dit « nage droit devant toi », alors nage droit devant toi ! » Et ne commencera pas à penser comment il peut littéralement nager devant lui. Merci au revoir.
Code by Silver Lungs


Because you are beautiful. I enjoy looking at beautiful people, and I decided a while ago not to deny myself the simpler pleasures of existence.
Revenir en haut Aller en bas
Carlisle K. Fraser



∞ Date d'inscription : 24/04/2013
∞ Messages : 278

MessageSujet: Re: I'll be your eyes when you can't see the light. + Carlisle & Elsa ♥   Dim 26 Juil - 19:33

I'll be your eyes when you can't see the light
Elsa ∞ Niklaus
Elsa est une force tranquille dans cette nouvelle vie si agitée. Même si on parle de chose sérieuse, elle a le don de me rassurer et de trouver les mots qui font que je vais tout de suite un peu mieux. Et si pour le moment je considère ma carrière de poète auprès d'Elsa, car je ne doute pas qu'elle voudra des bénéfices pour m'avoir donné l'idée, je lui parle aussi de ma vie amoureuse. S'il y a bien une chose qui marche en ce moment, c'est bien cet aspect-là. Lily a eu tellement peur de me perdre avec l'armée, ce que je peux comprendre, après tout ma mère a perdu son mari à la guerre, et bien elle n'a plus à s'inquiéter maintenant. Je vais rester à San Francisco, et elle n'aura plus à être jalouse du fait que je regarde les autres filles. Je ne le faisais pas, mais je me cherche des excuses il faut se le dire. Enfin, il n'empêche que oui, ça va bien. Elle ne m'a pas perdu, et même que l'on va habiter ensemble. Prochainement je compte bien lui reparler du mariage, car on a bien dit qu'à mon retour on se marierait.
- Non, elle ne m'a pas dit... Mais ça fait longtemps qu'on n'a pas passé du temps ensemble, elle travaille beaucoup pour son stage. Et c'est une très bonne chose, je pense... Si vous ne vous tapez pas dessus pour savoir où se range la télécommande, tout devrait bien se passer !
Et voilà que je ris comme un idiot. Depuis combien de temps j'ai pas rigolé déjà ? Enfin avec Elsa, j'arrête pas depuis le début. Vous voye, cette fille est une perle !
- Je doute qu'on se batte maintenant. Pour les matchs de foot, je me contenterais de la radio ! Et puis au pire, je crois que j'ai une excuse à vie.
Je garde mon sourire. Oui, il faut bien que je commence à en rire, sinon les autres vont continuer de s'apitoyer sur moi, de vouloir trop prendre soin de moi. Je sais que cela sera difficile, mais je reste le même homme, et un adulte qui peut prendre soin de lui. Et puis, je réfléchis au fait que je vais devoir apprendre le braille... Bon sang, c'est dingue si je dis que l'armée me manque déjà. Je n'ai pas encore eu de nouvelle, mais eux ont dû en avoir. Ils savent que je suis aveugle et donc que je ne peux plus être en service. Quel dommage que je ne sois pas Daredevil, même s'il voit d'une façon étrange, il a la sensation de voir au moins.
- D'après ce que j'ai appris en cours de science il y a moult temps, tu n'auras aucun mal à apprendre le braille. Parce qu'une fois que ton cerveau a compris que les zones qui servait à la vision seront inutilisables, il les reconvertira pour faire d'autre chose... Je crois. Enfin c'est comme du recyclage quoi !
Je fronce les sourcils.
- T'as l'air de bien t'y connaître ? Ou alors tu as fait des recherches pour être certaine de tout trouver pour me rassurer, je demande en riant.
- Et attends, je vais te faire une glorieuse danse de la positivité, wait a minute
Je l'entends s'agiter, et je dois avouer que je regrette de ne pas pouvoir voir ça. Enfin, si ca ressemble à sa danse de la nouvelle année, ca doit être magnifique et les regards doivent se porter sur nous.
- εκ κινδύνου λύτρωσαι ἡμᾶς μόνη ἁγνὴ μόνη εὐλογημένη. Je n'ai absolument AUCUNE IDEE de ce que je viens de dire, c'est génial !
Elle s'arrête de gigoter, et moi, je suis mort de rire.
- Et sinon... Arrête de penser par rapport au fait que tu es aveugle ! Pense à ce que toi, tu veux faire. Et après vois s'il y a moyen de le faire. Ne t'adapte pas au monde, adapte le monde à toi ! 
- J'ai l'impression d'avoir entendu ça, mais genre dans Pokemon. Ou alors c'était Bob qui disait ça à l'écureuil dans l'eau ?
Seulement elle a raison, et cela me donne du poil de la bête. Bon, je ne sais pas encore ce que je veux faire, mais je vais avoir tous le temps d'y réfléchir sachant que je sors de l'hôpital d'ici quatre jours.
- Carlisle, je t'aime de tout mon cœur mais si tu n'y mets pas du tien je vais être frustrée dans ma vie. Tu sais ce que Dory elle dit ? Elle dit « nage droit devant toi », alors nage droit devant toi !
Je fronce le nez.
- Tu sais, je viens seulement d'apprendre que je suis aveugle, et je le vis que depuis peu. Je pense que j'ai le droit à une semaine de dépitage avant d'être comme Décathlon, à fond la forme.
Je tourne la tête vers elle et souris grandement.
- En tout cas, merci, pour tout. Je sais que si jamais j'ai besoin d'aide, ou un besoin de nager droit devant moi, tu seras mon poisson clown, ca te tente.
Je lui tends la main comme pour signer un contrat de super poto de l'eau ! Ca marche aussi avec Bob l'éponge, si jamais elle veut être l'écureuil dans sa tenue de cosmonaute, il n'y a pas de soucis.
Code by Silver Lungs


"Wake me up"
'Cause maybe you're loveable and maybe you're my snowflake, and your eyes turn from green to gray in the winter I'll hold you in a cold place. And you should never cut your hair 'cause I love the way you flick it off your shoulder. And you will never know just how beautiful you are to me. But maybe I'm just in love when you wake me up...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I'll be your eyes when you can't see the light. + Carlisle & Elsa ♥   Aujourd'hui à 2:03

Revenir en haut Aller en bas
 
I'll be your eyes when you can't see the light. + Carlisle & Elsa ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Glossy smoky eyes???
» ELF (Eyes Lips Face)
» Les bases du Smokey eyes ??
» Les smocky eyes Bourjois
» "Eyes on MAC" Collection - Avril Mai 2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: San Francisco General Hospital-
Sauter vers: