AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
FERMETURE DU FORUM
Vous pouvez cependant nous retrouver sur SCREW DESTINY, GOLDEN PALACE ou TACOSTOWN !! ♥

Partagez | 
 

 ice cream trip on an acid van + alaska

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: ice cream trip on an acid van + alaska   Lun 27 Juil - 22:33


~  ice cream trip on an acid van.
Voilà. Le quatre juillet est passé. Il est dernière nous. Ce quatre juillet avait été assez parfait dans l’ensemble. J’avais passé la journée avec mes deux meilleurs amis Callum et Hippolyte. Disons qu’ils étaient arrivés chez moi un peu à l’improviste car je n’avais pas su répondre à leur sms faute d’argent sur mon portable. Tout comme je n’avais pas su joindre Alaska durant toute cette journée. J’aurai beaucoup aimé qu’elle vienne nous rejoindre, qu’elle passe du temps avec nous, avec moi. Mais sans sms, ce fut compliqué. Je ne l’avais d’ailleurs pas aperçue durant les festivités en ville mais la foule était immense. Il était facile de ne pas voir quelqu’un. Je m’étais bien amusé malgré tout. Le feu d’artifice avait été des plus grandioses comme chez année. J’avais remarqué de loin ma sœur Lys avec notre cousin Castiel. Je ne savais pas trop ce qu’il se passait entre ces deux-là mais je ne manquerai pas de questionner ma sœur à la prochaine occasion. En attendant, à l’heure actuelle, je me trouve assis sur ma chaise de bureau, l’ordinateur allumé devant mes yeux. Recharger mon portable niveau argent, c’est ma première opération de la journée. Parce que, il faut l’avouer, ne plus avoir de sous, c’est assez ennuyant et problématique. Surtout quand on reçoit des messages et qu’on ne sait y répondre. Je clique une dernière fois avec la souris et hop, forfait rechargé. Maintenant, je peux passer à la deuxième opération importante de la journée. Voir la plus importante. Envoyer un sms à Alaska. Je dois absolument le faire. Je tiens à me faire pardonner pour le quatre juillet, c’est la moindre des choses. Alaskaaaaaa, c’est Flynn ** Tu vas bien ? On peut se voir ? Je t’attends dans une heure au Thor’s Coffee. Une fois le message envoyé, je mets mon portable en mode silencieux. Je veux me laisser la surprise de savoir si elle va venir ou pas. Je ne sais même pas si elle m’en veut ou non d’ailleurs. C’est le grand mystère. Quand j’arrive au café, j’ai une appréhension. Et si elle ne vient vraiment pas ? Rahh. J’ai mis ma belle chemise à carreaux en plus, celle qu’elle aime bien. Du moins, c’est ce qu’elle m’a dit une fois avant d’aller en cours. J’ai à peine le temps de m’installer à une table qu’une jeune femme vient me voir afin de prendre ma commande. Je lui réponds bien sympathiquement que j’attends quelqu’un et elle retourne au comptoir sans se départir de son sourire. Les minutes passent. Je commence à désespérer. Et puis, elle est là. Elle passe la porte d’entrée de l’établissement et se plante devant la table. « Salut, merci d’être venue ! » je m’exclame tout en souriant. Oui, je souris grandement, façon publicité pour un tube de dentifrice. Elle est venue, Alaska est bien venue me rejoindre alors que je n’étais sûr de rien. Je me lève de suite pour l’embrasser sur la joue comme tout bon gentleman. La politesse avant tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ice cream trip on an acid van + alaska   Mar 28 Juil - 1:58

ALASKA ∞ FLYNN

ice cream trip on an acid van.
J'ai passé la matinée à me faire une manucure. Bon, d'accord, plutôt une demi-heure, puisque je me suis levée à onze heures et demie. D'habitude je me réveille plus tôt, j'aime pas particulièrement le faire, mais au moins j'ai l'impression de profiter de ma journée à fond. Mais hier je suis sortie. Tard. D'ailleurs je me demande si l'heure à laquelle je me suis couchée ne serait pas celle à laquelle je me lève ordinairement. Hm, possible. Peu importe. J'avais juste besoin de me défouler, de danser, de chanter, d'oublier. Délaisser mes problèmes, remettre tout au lendemain, c'est bien un des seuls trucs que je parviens à faire facilement. Ma mère est repartie hier matin, mais cette fois mon réveil n'était pas programmé suffisamment tôt. Elle était arrivée la semaine dernière, posant sa petite valise à fleurs dans le couloir de mon appartement. Elle avait une nouvelle couleur de cheveux, virant un peu vers le violet, ou prune, je sais jamais trop différencier ces choses-là. Et puis sur le coup, ça m'importait peu, sa coloration capillaire. Parce que, dans mon monde revenait à nouveau une mère. Chaque fois le même effet. D'abord de la méfiance, un peu d'amertume, faut dire que ça devient une coutume. Puis vient l'affection, parce qu'elle est drôlement attachante, ma mère. L'âme d'enfant s'émerveille devant les promesses qu'elle me fait. On ira se promener demain, comme au bon vieux temps, avec Lucky - d'ailleurs il n'aurait pas un peu grossi ? et pourquoi pas une sortie au cinéma, c'était marrant le cinéma, surtout quand la fin de séance terminait en une bataille de pop-corn. Elle était chouette cette époque. Je suis un peu naïve au fond. J'y crois, j'y crois, et bam, je me prends la vérité en pleine face : c'est toujours le même scénario, la même fin. Et moi, moi j'arrive pas à comprendre qu'elle reviendra jamais, du moins pas vraiment. Je comprends pas qu'on ne partira pas en Italie, juste entre mère et fille, depuis le temps qu'elle m'en parle de ces vacances. Non, je comprends vraiment rien. Bref, je me suis coupée, limé, vernie les ongles. À l'instant, je viens de cogner ma main contre mon bureau. Mes ongles sont foutus. Je grogne, déjà parce que c'est le genre de couille qui m'arrive quinze fois dans une journée, et puis je n'ai pas assez dormi, vraiment pas assez. Je passe devant un miroir, et contemple dans un soupir désespéré les poches sous mes yeux, qui atteignent probablement la taille d'une planète naine. Je jette un coup d'oeil furtif à ma tenue qui ferait fuir n'importe quelle blogueuse beauté/mode/madame parfaite. Bonjour lendemain de cuite. Aujourd'hui j'ai décidé que je ne ferais absolument RIEN. Voilà, je suis une feignasse, et merde, j'ai juste envie de bouffer de la glace en me retapant l'intégral de ma dernière série. Mon portable sonne, c'est Flynn. Flynn qui ne me parle plus depuis plusieurs jours. Flynn dont je n'ai aucune nouvelle. Flynn qui a passé le quatre juillet ailleurs, sûrement avec des amis. Je hausse un sourcil, perplexe. Une minute, je suis censée être son amie, pas vrai ? Ouais, je crois. Du moins je le croyais. Mais ça ne m'atteint pas, je veux dire, j'ai passé un super quatre juillet avec de vieux amis du lycée qui sont venus me rendre visite à San Francisco. Vraiment, c'était génial. C'est juste que... j'aurais aimé qu'il soit là, qu'il soit avec moi, le présenter à mes amis. Parce que Flynn compte vraiment pour moi. Peut-être plus que je ne compte pour lui finalement. J'hésite quelques secondes avant d'ouvrir son message. Alaskaaaaaa, c’est Flynn ** Tu vas bien ? On peut se voir ? Je t’attends dans une heure au Thor's Coffee. Je fixe mon écran, et je ne peux m'empêcher de sourire bêtement. Je ne prends pas la peine de répondre à son message. Je suis déjà en train de filer sous ma douche, parce que je dois sérieusement dégager l'odeur d'un cadavre retrouvé dans une fosse après une semaine de décomposition.

J'ai essayé de me rendre présentable. C'est un échec. Même avec un peu de maquillage, j'ai toujours l'air aussi fatigué. Argh, mais quelle merde ce truc ! À quoi ça sert que je paye une fortune pour un anticerne si j'ai toujours l'air aussi crevée, sérieux. Je finis par tout enlever, passer un coup d'eau froide sur mon visage. Respire. De toute façon c'est Flynn. Il sait très bien à quoi tu ressembles après une soirée, d'ailleurs il t'a déjà vu dans tes jours les plus mauvais. Pas de soucis. J'enfile la première chose qui me tombe sous la main : un jean, mon pull noir avec étoiles, et une paire de converse rouge. Mes cheveux sont noués en un chignon qui a déjà vécu des heures pénibles à en juger par son allure négligée. Ben, disons que ça me donne un petit côté sportif. Je pousse la porte du café d'un geste hésitant, la tête pleine de questions. Est-ce que j'ai fais quelque chose de mal ? Je veux dire, peut-être que Flynn avait une raison de ne plus me parler. Je ne vois pas laquelle, mais ça m'inquiète. Juste un petit peu. Inspire, expire Alaska. Je le vois, assis à une table, le regard perdu dans le vide. Il m'attend depuis un petit moment si je me fis à sa tête anxieuse. Je regarde l'heure sur la pendule derrière le comptoir. Outch, c'est vrai que j'ai du retard. Mais que voulez-vous, j'ai une horloge interne totalement décalée de la réalité. Je me plante devant lui, et je ne peux que sourire en m'apercevant qu'il porte sa chemise rouge à carreaux : je lui ai dit que c'était une de mes préférées. Il lève la tête vers moi, et son visage est toute suite éclairé par un sourire éclatant, franc. « Salut, merci d’être venue ! » Il dépose un baiser sur ma joue, je frissonne. En retour, je passe affectueusement une main dans ses cheveux, comme j'ai l'habitude de faire quand je le vois. Je m'assois face à lui. « Eh, un revenant ! Comment tu vas depuis tout ce temps ? J'imagine que tu as eu le temps de faire le tour du monde, au moins trois fois d'ailleurs, et puis de construire un abri pour les animaux abandonnés du monde entier, depuis la dernière fois. » dis-je ironiquement. Je blague, parce que je suis comme ça. Je me cache derrière mon sarcasme, je me protège des autres en quelque sorte. Je continue sur ma lancée, me redressant fièrement, mimant un mouvement imaginaire de mes cheveux. « De mon côté rien de très folichon, je suis devenue présidente du pays. C'est fou, je n'ai vraiment rien vu venir, le temps passe si vite. Oh et j'ai rencontré quelqu'un, vraiment une personne merveilleuse, gentille, attentionnée, et puis tellement sexy ! Wow, une vraie bombe sexuelle, à te faire devenir gay, j'te jure. » Bon, d'accord, ça c'est plus un de mes fantasmes les plus secrets. Et puis y a tout de même une part de vérité : j'ai embrassé un homme hier. Rien de très incroyable, il était même peut-être pas aussi beau sans tous les verres que j'ai bus. Il m'a laissé son numéro, même si je sais que l'appeler est probablement un des points de ma longue liste des choses que je ne ferai jamais.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
 
ice cream trip on an acid van + alaska
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» swatch glitter nxy cream palette
» aqua cream comme base?
» Loreal NEW Hip High Intensity Pigments Color Truth Cream Eye
» Dirty Shaving Cream
» ral amplified cream

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Thor's Coffee-
Sauter vers: