AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
FERMETURE DU FORUM
Vous pouvez cependant nous retrouver sur SCREW DESTINY, GOLDEN PALACE ou TACOSTOWN !! ♥

Partagez | 
 

 So I bet my life on you. + Elivy ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elijah F. Phillips



∞ Date d'inscription : 06/12/2013
∞ Messages : 798

MessageSujet: So I bet my life on you. + Elivy ♥   Jeu 6 Aoû - 2:46


ELIVY ♥
so I bet my life on you.

26/08
Venir passer une semaine en Angleterre à l'improviste reste une des meilleures décisions de ma vie entière. Non, mais je suis sérieux. Retrouver mes parents, les parents des 4 fantastiques, la rue, Andrew, Mémé Phillips... Voir le visage de surprise d'Ivy lorsqu'elle a remarqué ma présence inattendue. Pouvoir l'embrasser après deux semaines de non approche, et quelques événements qui ont fait que nous avons été séparé bien trop longtemps. Et serrer dans mes bras Poussinou qui a parcouru des kilomètres sans son père pour surveiller ses moindres faits et gestes ! Imaginez, ce qu'il aurait pu lui arriver en deux semaines. La marche, les dents, le mariage... La vie. Non, vraiment. Plus heureux qu'Elijah Phillips, vous ne pouvez pas trouver en ce moment. Ces derniers jours se sont écoulés bien trop vite à mon goût. Les deux prochains seront probablement semblables, à l'exception près qu'il y aura simplement Ivy et moi, et qu'on va se retrouver dans la campagne galloise sans internet et sans réseau. Et vous savez quoi ? Ça me fait ni chaud ni froid. Mémé Martina, qui a fait le déplacement jusqu'à Hertford pour voir sa fille et sa petite-fille, nous a fortement encouragé à partir loin de la demeure familiale pour qu'ils puissent profiter de Louise, et que nous puissions profiter l'un de l'autre. Je vous jure qu'elle a dit ça comme ça. A vrai dire, on ne s'est pas trop fait prié non plus. Moi le premier, étant donné que je me suis pointé comme une fleur le lendemain de mon arrivée dans la cuisine de mes beaux-parents, tout mignon et décidé : « Alexandra, je veux épouser votre fille. » Sur le coup, belle-maman a rit. Et puis elle a vu mon air sérieux, et elle est devenue sérieuse, et elle s'est levée et a couru rejoindre ma mère dans le salon et après... Mes oreilles ont saigné. Mais c'est décidé, et la machine est lancée. Aujourd'hui, je demande gentiment et poliment à Ivy de m'épouser. Mon coeur s'emballe rien qu'à l'idée, et mon souffle se brusque à la pensée qu'elle puisse refuser. Si elle refuse, je romps, c'est clair ? « Eli ? ... C'était à droite qu'il fallait aller. » Je hausse les sourcils et tourne la tête vers ma belle brune, perplexe. Que quoi ? Et puis je regarde de nouveau la route, et le panneau sens interdit et... « Oh merde ! » Heureusement que conduire doit être une deuxième nature pour les hommes. Je freine brusquement. Okay. Il doit y avoir ici en tout et pour tout deux rues et trois chemins, et j'arrive à me perdre. Faut être con. Ou penser à autre chose, au choix. Je pousse un soupir, fais demi tour, et c'est cette fois sans mal qu'on retrouve la maison de Martina. « Euw, j'avais oublié à quel point c'était vieux ici. » Je remarque, une fois sortis de la voiture. Mais ce n'est pas grave. L'essentiel c'est qu'il y a Ivy, et moi, et je glisse ma main dans la sienne et monte notre maigre sac de voyage sur l'épaule avant d'entrer dans la demeure de tous les péchés.
Code by Silver Lungs


   
but you know...
Every heart sings a song, incomplete, until another heart whispers back. Those who wish to sing always find a song. At the touch of a lover, everyone becomes a poet.  @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Ivy M. Samuels



∞ Date d'inscription : 29/11/2013
∞ Messages : 2598

MessageSujet: Re: So I bet my life on you. + Elivy ♥   Jeu 6 Aoû - 11:40


ELIVY ♥
so I bet my life on you.



J’étais clairement pas prête lorsque je suis sortie de la voiture -et après avoir été assaillie par ma mère- à voir Eli. Genre là. Dehors, devant la maison de mes parents. Oui parce qu’aux dernières nouvelles, à ce moment-là, Eli était censé être à San Francisco, à l’autre bout du mon, et pas à Hertford. Et fifsdjgldfjgldfj. Voilà, j’étais pas prête et j’ai failli pleurer comme une idiote mais je me suis retenue parce qu’il y avait… Moult monde. Depuis qu’on est rentré, il y a moult monde. Ma grand-mère, celle d’Eli, des oncles et tantes que je n’ai pas vus depuis… Je sais pas, très longtemps ? Mais en fait, ils sont tous venus pour une seule et unique personne : Poussinou. Violet et Aaron sont déjà rentrés à San Francisco, ils ne sont restés que trois jours à Hertford. Maman était un peu déçue mais pas trop, je vous rassure, parce qu’il y a Poussinou et c’est bien connu qu’un Poussinou éloigne le chagrin. Ils n’ont que faire de nous ! La preuve, ils nous mettent dehors : « vous aurez la maison rien que pour vouuuuuuuus, on s’occupera bien de la petite ! » et bla bla bla. Maman et grand-mère avaient tout un tas d’arguments ; qui n’ont pas servi puisque j’étais déjà convaincue avant même qu’elles n’en disent un seul.

C’est ainsi que nous laissons notre enfant derrière-nous, entre les mains de ses grands-parents et arrières-grands-mères. C’est Eli qui conduit, petit un parce qu’il ne me laissera jamais conduire je sens et petit deux, j’en ai ma claque des voitures là ; après quinze jours à alterner avec Aaron ça ira merciiii. Au début c’est simple, le Pays de Galles c’est pas compliquer de s’y rendre. Par contre, le village perdu de ma grand-mère…. Hahaha. C’est autre chose. Enfin, une fois qu’on a atteint la petite ville avec la gare, là où ma grand-mère venait nous chercher dans sa magnifique coccinelle, je reconnais à peu près. A peu près j’ai dit.

« Bon et là tu dois prendre à droite. » Je fais à Eli.

Qui tourne à gauche. Oui, là où il y a un sens interdit impossible à louper. Wait. Je fronce les sourcils.

« Eli ? ... C'était à droite qu'il fallait aller. »

Le voilà qui me regarde avec un air perplexe ; un peu comme une poule ayant trouvé un cure-dent puis il regarde la route et finit par comprendre. Il est mignon, il a l’air complètement dans la lune, aussi. Je pouffe de rire, comme je suis gentille je décide de ne pas lui faire de remarques -qu’il profite, ça n’arrivera pas tous les jours. Et enfin, après de longues heures de route, on arrive finalement chez mes grand-mère. Ca n’a pas du tout changé. A l’extérieur en tout cas. C’est toujours aussi vert, aussi… « anglais ». Je sors de la voiture, m’étire avant de rejoindre Eli.

« Euw, j'avais oublié à quel point c'était vieux ici.
-Eh oh. Je ne te permets pas. L’extérieur ça va. C’est l’intérieur le pire. »

Sauf si Martina a tout redécoré et qu’elle a jeter le papier peint fleuri, les napperons en dentelles et les autres trucs laids. Je fouille dans la poche de ma robe, à la recherche de la clef gracieusement prêtée par ma mère-grand et déverrouille la porte. Oh c’est tout noir ! Ca sent toujours pareil ici, le thé et les fleurs. Ouverture des rideaux et moment de constatation : c’est toujours aussi moche à l’intérieur.

« C’est… Oui. Voilà. Quand on sera vieux, nous n’aurons pas une maison comme ça, d’accord ? En tout cas, pas l’intérieur. »

C’est laid. Ca n’a jamais changé. Il y a toujours les mêmes cousins brodés, le service à thé en porcelaine sur la commode puis les photos sur la cheminée. Mon père et mon oncle. Violet, Aaron et moi gamins. Poussinou, Eli et moi. Oh ! Ca c’est nouveau. Anyway. Le bas c’est laid. Je me demande si l’étage est toujours pareil. On monte les escaliers, troisième porte.

« En vrai, j’ai l’impression d’être revenue neuf ans en arrière. Ca n’a tellement pas changé. Jusqu’à la façon dont la couverture est pliée sur le lit. »

Lit qui… Grince toujours. Fantastique. J’ouvre le tiroir d’une des tables de nuit et ô miracle, il est encore là ! Le vieux bout de papier un peu jauni sur lequel s’emmêlent nos écritures ; une très vieille liste qui nous a quand même occupée pendant trois semaines.

« Je savais que je l’avais laissée ici. Juillet 2006. Faire le mur pour aller voir les étoiles… Piquer la voiture de mémé… Teindre le chat du voisin en bleu… Planquer toutes les pelotes de laine… Brûler le scrabble… Voler le whisky de grand-mère et le boire dans le grenier… Je relève le nez de la liste. Je ne me souvenais même plus qu’on avait fait cramer le scrabble. »

C’était y’a longtemps ; et je suis contente d’être revenue ici avec Eli. Juste lui et moi.
Code by Silver Lungs


Revenir en haut Aller en bas
Elijah F. Phillips



∞ Date d'inscription : 06/12/2013
∞ Messages : 798

MessageSujet: Re: So I bet my life on you. + Elivy ♥   Jeu 6 Aoû - 21:07


ELIVY ♥
so I bet my life on you.

Malgré quelques péripéties fortuites, nous arrivons à destination sans trop de mal. Ah, la campagne... Ay ay ay. Je ne veux point être médisant, mais il faut quand même que je relève la mocheté de vieillesse de cette maison. C'est l'adolescent en moi qui parle. « Eh oh. Je ne te permets pas. L’extérieur ça va. C’est l’intérieur le pire. » Et là, on voit qu'Ivy est devenue mère et s'entraîne aux leçons de morale. Je lui offre mon regard le plus désolé avant de lui sourire, et puis on entre à l'intérieur. Et bah là aussi, c'est moche et vieux. Voilààà ! Mais ce n'est pas très grave. On n'est pas venu ici pour apprécier la décoration et le calme plat de la campagne. Non. On est venu ici pour se fiancer enfin ça elle ne le sait pas encore et faire l'amour jusqu'au bout de la nuit et ça elle le sait. « Quand on sera vieux, nous n’aurons pas une maison comme ça, d’accord ? En tout cas, pas l’intérieur. » J'acquiesce vivement. « Promis ! » Non, sérieusement, le jour ou on a une décoration aussi dégueulasse vous pouvez me suicider. J'attends que ma douce finisse d'observer les portraits présents sur la cheminée pour monter les marches. Bienvenue à l'étage, et bienvenue dans notre chambre d'amis toute pourrie ! J'avais dit que je n'étais pas médisant ? Ahah, j'ai mentis. Je pose le sac sur le bureau avant de filer ouvrir la fenêtre. Bonjour, il fait soleil et ouais, non c'est quand même mieux ! « En vrai, j’ai l’impression d’être revenue neuf ans en arrière. Ça n’a tellement pas changé. Jusqu’à la façon dont la couverture est pliée sur le lit. » J'observe Ivy, brièvement dubitatif. Ici, rien n'a changé. Mais en neuf ans... Ivy a gagné quelques centimètres. Elle a perdu ses joues de bébés, et ses formes féminines ont fini par se définir correctement et joliment. Et elle est blblesque. « Neuf ans en arrière, tu n'étais pas aussi jolie ma douce. Tu étais agréable, mais là tu es un véritable soleil ! » LES COMPLIMENTS CEY CADEAU BISOU. Je lui fais mon sourire le plus innocent slash charmeur avant d'aller m'asseoir sur le lit à côté d'elle. Je passe alors une main dans son dos pour pouvoir lire par dessus son épaule... Et pouvoir embrasser facilement son doux visage. Je commence par sa tempe alors qu'elle entame sa lecture. Aller voir les étoiles. Sa pommette. La voiture de Mémé. Le chat. Sa joue. Ma main se pose sans aucune subtilité sur sa taille et je l'attire contre moi. Les pelotes de laine et le scrabble. Le coin de sa bouche. Le whisky dans le grenier. Son menton. On sait tous ce qu'il s'est passé dans ce grenier, les gars. La brune relève la tête vers moi, visiblement un peu perturbée, et je maintiens mon air d'ingénu avant de lui embrasser le nez. « Je ne me souvenais même plus qu’on avait fait cramer le scrabble. » Oh on reste encore civilisé ? Je ris légèrement, attrape le papier des mains et je le laisse glisser par terre. « A vrai dire... On a juste brûlé les lettres. » J'encadre son visage de mes mains et rapproche ma bouche de la sienne avec une lenteur calculée. Je peux sentir sa respiration contre ma peau, et si vous vous le demandez j'aime bien me faire mourir à petit feu. « Et on a dû jouer avec des lettres en papier, ensuite. » Mes lèvres frôlent les siennes et je me recule. Non, j'ai décidé que je ne l'embrassais pas maintenant. Je m'écarte d'elle complètement et me lève même du lit qui en grince de mécontentement. Là, je vais me débarrasser de mes chaussures et de ma veste, et reprends la discussion comme si de rien n'était. « On pourrait aller voir les étoiles, ce soir ? » Parce que si elle est le soleil alors je suis la lune, et parce que je dois aussi aussi lui poser la question à un million de dollars. « Mais si tu es trop impatiente... » Comme je suis parti dans le déshabillage, j'enlève mon tee-shirt. Et c'est pas du tout parce que je la chauffe. « J'peux te montrer d'autres sortes d'étoiles maintenant, si tu veux. » Sourire, clin d'oeil, la plaisanterie a assez duré et Ivy me saute littéralement dessus et m'agresse de ses lèvres. Touchéy !

Oui, Eli il est fourbe comme ça. Et je vous fais une magnifique censure ici qui se terminera en ellipse temporelle. Je suis merveilleuse. La grosse bise.
Code by Silver Lungs


   
but you know...
Every heart sings a song, incomplete, until another heart whispers back. Those who wish to sing always find a song. At the touch of a lover, everyone becomes a poet.  @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Ivy M. Samuels



∞ Date d'inscription : 29/11/2013
∞ Messages : 2598

MessageSujet: Re: So I bet my life on you. + Elivy ♥   Jeu 6 Aoû - 22:19


ELIVY ♥
so I bet my life on you.



«Neuf an en arrière, tu n'étais pas aussi jolie ma douce. Tu étais agréable, mais là tu es un véritable soleil ! »

… Je baisse la tête en sentant mes joues devenir rouges. Bien bien bien. Bien. Et en plus, le voilà qui me gratifie de son sourire charmeur. Ou innocent. Les deux. Je roule des yeux, n’iiiiiiimporte quoi. Anyway. Je récupère la merveilleuse liste de nos bêtises, sagement et soigneusement rangée dans l’une des tables de nuit. Je me demande si grand-mère est tombée dessus et qu’elle a fait exprès de la laisser ici, si jamais on revenait un jour. Hum… Je parcours des yeux la feuille, réagissant à peine lorsque je sens Eli venir s’asseoir à côté de moi. En vrai, on était des sales gosses quand on y pense. Genre piquer la voiture de ma grand-père ! Alors que ni l’un ni l’autre n’avions le permis. Et ouai. C’était amusant. Je lis et Eli m’embête. Mais ! Laisse-moi lire, fourbe ! Je suis occupé, wait a sec. Sauf qu’il n’arrête pas, pire ! Il continue, me perturbant beaucoup. Je lève du coup la tête vers lui, sourcils froncés et un peu perplexe. J’essaie d’avoir une conversation, monsieur ! Et non pas de succomber à mes vils instincts ! Eli il s’en fiche ! Pour preuve : il m’enlève ma feuille des mains et… Bjfkfdjioefd. Oui bon. Peut-être que la discussion pourra attendre un peu. Voir longtemps. Son visage est tout prêt du mien ; je meurs d’envie de l’embrasser. Et plus. Sauf que finalement, il continue de parler, ne cesse de m’aguicher, de me faire languir. Fourbe. Je le savais déjà mais je trouve que cela empire de jour en jour ! Puis le voilà parti. Ugh.

« On pourrait aller voir les étoiles, ce soir ?
-Mmmmh ? Mmmmh mmmmh. »

Oui ? Non là de suite, je suis plus intéressée par lui que par les étoiles qui sont loin, très loin dans le ciel. Tandis qu’Eli il est là, juste à côté de moi et qui plus est, sans son t-shirt. Doux Jésus comme dirait ma grand-mère. Je me redresse sur le lit, l’attrape par les épaules et l’attire à moi pour pouvoir l’embrasser. Ca suffit les bêtises. Moins de blabla plus de kiki, d’accord ? Que ce lit ait enfin une bonne raison de grincer !

***

Je n’aurais jamais cru que ma grand-mère avait une douche aussi grande. On rentre à deux mais alors très facilement ! A la base je voulais juste prendre une douche, après que nous ayons bien fait du mal à ce lit qui, le pauvre, n’avait rien demandé à la vie. Sauf que oh mais quelle coïncidence ! Mon cher et tendre petit-ami voulait lui aussi de laver et s’il y a de la place pour un, y’en a bien pour deux. Et bref, oui nous avons fait l’amour dans la douche de ma grand-mère et oui, nous le vivons bien. Très très bien même. Le restant de la journée aura été très productif ; nous n’avons rien fait. Vraiment rien. On s’est contenté de rester l’un contre l’autre à discuter ou même juste en silence, à se câliner. Chose qui n’est pas arrivée depuis… Longtemps. Et c’est bien. Tellement bien. Sauf qu’il y a toujours quelque chose qui vient tout casser et cette chose n’est autre que : le téléphone.

« Ugh. Je marmonne, tandis que je prépare le repas. Combien on parie que c’est ma mère ? Je serais fourbe, je n’irais pas répondre mais…Ugh. »

Je déteste ma mère. Je la déteeeeste. Je pose mon couteau sur le plan de travail et m’essuie les mains sur un torchon pour pouvoir aller répondre au téléphone. Je récupère le combiné puis reviens dans la cuisine parce que eh ! Je sais tout faire. Même à une main.

« Oui maman ?
-Oh comment tu as deviné ? Vous allez bien ? Tout se passe bien ? Qu’avez vous fait de beau hein ? Raconte-moi tout !
-Euh. T’es drôlement curieuse. Oui, oui et rien de spécial.
-Tu es sûre ? Qu’elle rajoute.
-Mais oui roh ! »

Roh. Qu’est-ce qu’elle croit que nous avons fait ? Un scrabble ? Et elle parle. Pour dire tout et rien. Elle me donne quand même gracieusement des nouvelles de notre fille qui, se porte à merveille. Et qui apparemment, aime la glace au chocolat. Ugh, ils vont ma la pourrir cette petite. Je bataille pendant je ne sais combien de temps pour écourter le temps de l’appel et quand enfin elle me dit qu’elle me laisse, je ne peux m’empêcher de pousser un soupir de soulagement. Pas trop tôt. Oui bisous maman bye bye ! Adieu le téléphone ! Je raccroche, le pose à côté de moi puis me retourne et… Ben, il est passé où, Eli ?

« Eli ? Eliiiiii ! T’es où ? » Je l’appelle, dans le couloir.

Il veut jouer à cache-cache ? Je monte les escaliers, pour voir s’il n’est pas monté ; aucun signe de lui dans la maison. Alors ça. C’est bizarre. Je redescends ; pile au moment où il rentre. Je fronce les sourcils.

« T’étais où ? J’ai passé tant de temps au téléphone ? Pourquoi fais-tu cette tête bizarre ? »

Non c’est vrai, il fait une tête étrange un peu.

Code by Silver Lungs


Revenir en haut Aller en bas
Elijah F. Phillips



∞ Date d'inscription : 06/12/2013
∞ Messages : 798

MessageSujet: Re: So I bet my life on you. + Elivy ♥   Ven 7 Aoû - 21:45


ELIVY ♥
so I bet my life on you.

On a fait l'amour, on n'a ensuite rien fait et maintenant on fait le repas du soir. Et on doit aller voir les étoiles, et ça doit être romantique comme tout parce que je dois demander Ivy en mariage. Le truc, c'est que... Je peux pas aller préparer la place sans paraître suspect. Genre je vais planter la brune en mode « excuse moi mais je dois te laisser parce que je dois préparer ta demande en mariage » ? Oui... Mais non ! Alors comme je suis un génie, j'ai des idées de génie et j'envoie un SMS à ma belle maman pour lui demander d'appeler Ivy. J'ai besoin de temps, d'accord ? Je suis pas prêt ! « Ugh. Combien on parie que c’est ma mère ? Je serais fourbe, je n’irais pas répondre mais… Ugh. » J'offre un sourire compatissant à ma douce. On ne parie pas, je sais que c'est ta mère. Mais disparais, s'il-te-plait ! I need time.

Aussi rapidement et discrètement que possible, je fais en sorte de récupérer nappes et lanternes et allumettes dans le salon, et la bague. Tristement, je n'ai pas de fleurs mais... C'est la campagne les gars, ça se trouve ! Et là, je suis dans une impasse. Ivy est sur le perron, comment je sooors ? Et bien je passe par la fenêtre de la cuisine. Oui tout à fait. Je suis une grande perche, mais la fenêtre est grande alors c'était facile. Après ça je monte sur mon vélo et file aussi vite que possible au lac. Pour le cadre bucolique et champêtre, il n'y a pas mieux ! J'essaie d'être efficace en installant tout très rapidement, et reviens aussi vite que possible. Mais pas assez vite. Ivy est rentrée, donc l'appel est fini et... Fichtre Dieu ! Tout va être ruiné ! Elle descend les escaliers lorsque je rentre à l'intérieur, tout essoufflé et anxieux. Zen soyons zen ! « Heeeey. » Coucou je suis super naturel, ça se voit ? Elle fronce les sourcils. « T’étais où ? J’ai passé tant de temps au téléphone ? Pourquoi fais-tu cette tête bizarre ? » Je me force à sourire. « Je fais une tête bizarre ? Mais trop pas, c'est toi qui fait une tête bizarre ! » Je me mets à rire légèrement et me rapproche d'elle, embrasse furtivement ses lèvres et lui passe une fleur derrière son oreille. « Voilàà, tu es la reine des fleurs et je t'aime ! » C'était vraiment la meilleure excuse que j'ai pu trouver, oui.

Les suspicions plus ou moins élucidées, on finit de préparer le repas qu'on cale dans un panier à pique-nique, puis on prend la voiture pour nous rendre au lac. C'est moins fatiguant. Une fois arrivés, je la laisse avancer. L'emplacement de la nappe est sous l'arbre, promis tout ne va pas prendre feu et je pousse un peu la brune à avancer en cette direction. « Surprise. » Je souffle dans son oreille. J'observe son visage perplexe avec un sourire amusé sur les lèvres. Les bougies sont vaguement disposés en forme de coeur, au centre duquel se trouve une boîte à bijou. « C'est un coeur... » Je suis obligé de préciser. « Et... La boîte c'est pour toi. » Regard perplexe. Je sens mon coeur s'emballer et le rouge me monter aux joues lorsqu'elle se penche pour la prendre. « Ouvre ? » Je dois vraiment la guider, oui oui. Elle ouvre. Alors, la breloque coeur pour son bracelet que j'ai depuis des années est révélée, et un léger rire me parvient. Héhé je suis fourbe pardon. « Ça fait des années que je l'ai, et je pense qu'il est temps qu'elle soit enfin à toi. » Puis j'attrape sa main et la presse fermement dans la mienne. Je vais peut-être louper ma demande en mariage parce que je vais m'évanouir. « Et sinon... » Je sors une boîte similaire à celle qu'elle tient, et pose un genou à terre. « Est-ce que tu voudrais m'épouser ? Et attends, j'ai des tas d'arguments ! Parce que tu es la femme de ma vie et que je t'aime et que je veux pouvoir t'avoir à moi seul pour la fin de mes jours ? Parce que tu es le Steve de mon Tony ? Parce que je veux que tu sois ma compagnionne pour toujours ? Parce que nous avons un enfant et que nous vivons dans le péché ? Parce que je suis amoureux de toi et que je sais que l'amour n'est qu'un cri dans le vide, mais la fin de la citation on s'en fiche ? » Je cesse mes paroles, réfléchis un peu. « Juste le premier argument, en fait ? Parce que je t'aime et je veux tu sois mienne, veux-tu m'épouser Ivy Samuels ? »
Code by Silver Lungs


   
but you know...
Every heart sings a song, incomplete, until another heart whispers back. Those who wish to sing always find a song. At the touch of a lover, everyone becomes a poet.  @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Ivy M. Samuels



∞ Date d'inscription : 29/11/2013
∞ Messages : 2598

MessageSujet: Re: So I bet my life on you. + Elivy ♥   Ven 7 Aoû - 22:51


ELIVY ♥
so I bet my life on you.



« Je fais une tête bizarre ? Mais trop pas, c'est toi qui fait une tête bizarre ! »

Comment ça, je fais une tête bizarre ? Mais non ! Je suis juste perplexe de le voir rentrer. Surtout que comment dire… Je ne l’ai pas vu sortir. Je l’aurais remarqué, tout de même ! J’étais sur le perron durant tout le coup de fil et je n’ai pas vu mon petit-ami mettre les pieds dehors. C’est étrange. Ou alors j’étais tellement occupée à essayer de me débarrasser de ma mère que je n’ai même pas remarqué mon tendre quitter la maison ? Possible. Je peux être tête en l’air, par moment. Mais je finis par sourire et hausser des épaules ; d’accord peut-être ai-je une tête bizarre, en fin de compte. Puis il se moque de moi et la seconde qui suit, je me retrouve avec une fleur dans les cheveux. Il est allé faire sa princesse et il a ramassé des fleurs ? Trop mignon !

« Voilàà, tu es la reine des fleurs et je t'aime !
-Trop adorable, merci bien ! »

Il est mignon. Et bref, on a un repas à terminer. Du coup on reprend là où on en était avant que ma mère ne vienne nous interrompre. Je relate ce que ma mère m’a dit par téléphone, que Poussinou va bien, qu’elle n’est pas malheureuse et que personne n’est méchant avec elle. Bizarrement, il s’en doutait déjà un peu. Je ne vois pas pourquoi, nos parents sont de vrais monstres et ils nous ont maltraité toute notre vie ! Euhm. Oui bon. Une fois le repas prêt, je vais récupérer le panier spécial pique-nique que ma grand-mère garde précieusement depuis… Moult temps. Vu la tête du truc, je pense qu’elle l’utilisait déjà quand elle l’âge de Louise. On a tout, je crois qu’on est radis ! Okay. Je laisse le soin à Eli de prendre le panier ; Eli qui est bien silencieux. Ca ne lui ressemble pas. Etrange. Tout est étrange. Comme se retrouver au lac ; la dernière fois, il y avait les cousins diaboliques et un nez s’est retrouvé cassé. On y est ; on descend de la voiture et je regarde mon petit-ami qui… Ne dit pas grand-chose. Bien bien bien. Alors on va à droite ou à gauche ? A droite donc. Je ne sais pas pourquoi, je suis devant mais derrière-moi, par moment, Eli pose sa main sur mon bras en mode « non par lààààà ! » Donc je vais par là. Par là, c’est vers un arbre. Où il y a des bougies. Et. Quoi ?

« Surprise. »

Je m’arrête, cligne des yeux. Alors c’est pour ça qu’il est sorti ? C’est… Trop mignon. Les bougies en forme de… Coeur. Oui, il le précise, il fait bien parce qu’on dirait…

« Et... La boîte c'est pour toi.
-Hein ? » Je fais, incrédule.

Une boîte ? Où ç- Oh. Oh. Effectivement, posée au centre du coeur, une petite boîte. A nouveau je cligne des yeux et il me faut quelques secondes pour me pencher et récupérer l’objet. Je ne comprends pas. Enfin si. Mais non. Il n’est tout de même pas en train de… J’ouvre la boîte. Et un petit sourire étire mes lèvres tandis que je récupère la breloque en forme de coeur. Je vais peut-être pleurer. Finalement, ce n’est pas ce que je pensais !

« Ça fait des années que je l'ai, et je pense qu'il est temps qu'elle soit enfin à toi.
-Merci… » Je murmure avec la voix un peu éteinte.

J’ai tout juste le temps de l’accrocher à mon bracelet que la main d’Eli attrape la mienne puis… Se met à genou. Pardon ? Pourquoi il fait ça ? Et pourquoi il a une autre boîte ? Et pourquoi il y a une bague à l’intérieur ? Ma bouche s’entrouvre puis se referme.

« Est-ce que tu voudrais m'épouser ? »

Oh. Oh mon Dieu. Ce n’est pas vrai. Non. Non non non.

« Et attends, j'ai des tas d'arguments ! Parce que tu es la femme de ma vie et que je t'aime et que je veux pouvoir t'avoir à moi seul pour la fin de mes jours ? Parce que tu es le Steve de mon Tony ? Parce que je veux que tu sois ma compagnionne pour toujours ? Parce que nous avons un enfant et que nous vivons dans le péché ? Parce que je suis amoureux de toi et que je sais que l'amour n'est qu'un cri dans le vide, mais la fin de la citation on s'en fiche ? »

Si. C’est vrai. Eli est vraiment en train de me faire une demande en mariage. Mon coeur s’accélère brusquement, je sens mes yeux qui commencent à s’humidifier dangereusement. Elijah, mon meilleur ami depuis toujours, l’amour de ma vie et le père de ma fille me demande de l’épouser. Et je ne suis pas plongée dans un rêve. Ou influencée par l’alcool ou une quelconque drogue. C’est réellement en train de se passer.

« Juste le premier argument, en fait ? Parce que je t'aime et je veux que tu sois mienne, veux-tu m'épouser Ivy Samuels ?
-Oh mon Dieu j’étais pas prête. »

… Non je ne voulais pas dire ça.

« Non ! Enfin si. Non. Pardon. » Je fais, absolument confuse.

Je baisse les yeux, secoue la tête doucement pour reprendre mes esprits puis me mets à rire doucement. Je suis idiote. Je reprends ma contenance, prends une grande inspiration puis relève mon regard pour le poser sur Eli.

« Oui. Bien sûr que je veux t’épouser Elijah Phillips. Oui oui oui, mille fois oui ! »

Parce que c’est ce dont j’ai toujours voulu. Qu’à une époque, je pensais que ce serait impossible. Et qu’aujourd’hui… De ma main libre, je vais essuyer mes yeux larmoyants tandis qu’Eli glisse la bague à mon doigt. J’attends qu’il se relève pour pouvoir passer mes bras autour de son cou afin de l’embrasser. D’embrasser mon fiancé. Mon fiancé. Ggjfhgkjdhfgkedeshgfdke. Elijah est mon fiancé. Et moi je suis sa fiancée et d’accord, il faut que je respire.

« Je t’aime. »

Oui, je l’aime. A la folie. Et quelque chose me vient en tête ; ça fait tilt tout d’un coup. Je mets mes mains sur ses épaules, le repousse légèrement pour le regarder.

« C’est pour ça que ma mère m’a posé un tas de questions suspectes ! … Ce serait pas toi qui lui aurais demandé de m’appeler, juste le temps de m’occuper ? Je le questionne, avec un sourire en coin. Tu es fourbe. Mais je t’aime. »

Et pour la peine je l’embrasse à nouveau. Juste parce qu’il est fourbe. Et aussi parce que je l’aime, accessoirement. Et qu’on va se marier. Et… Ffgdkjsdf.

Code by Silver Lungs


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: So I bet my life on you. + Elivy ♥   Aujourd'hui à 2:04

Revenir en haut Aller en bas
 
So I bet my life on you. + Elivy ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» adaptateurs quinny vers bb confort / gamme life vers avenue
» kiddy life plus
» Numéros spéciaux du magazine LIFE
» what would you pair with london life
» Kiddy life pro ou kiddy life plus?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Europe-
Sauter vers: