AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
FERMETURE DU FORUM
Vous pouvez cependant nous retrouver sur SCREW DESTINY, GOLDEN PALACE ou TACOSTOWN !! ♥

Partagez | 
 

 Just let me die, please... × Eglantine ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Just let me die, please... × Eglantine ♥   Jeu 6 Aoû - 14:57

Just let me die, please...
Keir ∞ Eglantine ♥

- Viens manger, vite. Viens manger.

Adossé à la porte de la chambre, Keir observa sa jeune captive secouer négativement la tête pour la énième fois. Il se passa la main sur le visage, et serra les dents pour s'empêcher de hurler. Voilà bientôt une semaine que la jeune femme n'avait rien avalé. Elle se contentait simplement de boire quelques gorgées d'eau, et encore, c'était parce que Keir lui fourrait la bouteille d'eau au bord des lèvres. Il continua de fixer Églantine. Elle était allongée sur le matelas. Dos à la porte, recroquevillée sur elle-même. Elle se levait simplement pour aller se laver, mais elle enfilait ses vêtements sales par dessus sa peau. Keir avait aperçu sa peau quelques jours auparavant. Sa blessure aux côtes ne semblait pas s'être améliorée. Elle avait les joues creusées.
Le brun ferma la porte, et s'installa à la table de la cuisine. Il avala rapidement son repas, et laissa l'assiette d’Églantine sur la table au cas-où elle se décidait à avaler quelque chose. La nuit était tombée depuis un moment déjà. Keir s'installa sur le fauteuil, frissonna légèrement ; la nuit allait être fraîche. Il écouta la respiration bruyante de sa captive pendant un moment, puis se leva en grognant. Il attrapa une couverture, et pénétra dans la chambre. Il s'approcha du matelas, et tendit la couverture à la jeune femme.

- Il va faire froid. Tu devrais te couvrir.

Il la regarda. Elle ne répondit rien, elle ne se tourna même pas vers lui. Keir soupira. Il s'apprêtait à tourner les talons, et à aller dormir. Mais la jeune femme avait décidé d'ouvrir la bouche.

- Laissez-moi mourir.

Il ouvrit la bouche pour répliquer quelque chose. Avait-il bien entendu ? Elle lui avait clairement demandé de la laisser mourir. Il se demanda pourquoi elle lui avait dit ça. Il n'était pas un véritable tortionnaire. Il prenait soin d'elle, non ? La preuve, il lui avait apporté une couverture. Il lui fournissait la nourriture, ce n'était pas certes digne d'un restaurant quatre étoiles – plutôt digne d'un camping – et même si elle refusait de se nourrir, il lui donnait quand même la possibilité de manger. Il ne sut pas trop quoi répondre. Incompréhension totale.

- Pardon?

Ce fut la seule chose qu'il trouva à dire. Il serra les dents, cette demande incongrue l'avait quelque peu énervé. Merde, quoi. Il s'était retrouvé avec cette gonzesse sur le dos parce qu'il n'avait pas eu d'autres choix, il l'avait gardé avec lui parce qu'il n'avait pas eu d'autres choix, il avait pris soin d'elle parce qu'il était tout simplement incapable de lui faire du mal. Et maintenant elle désirait tout simplement mourir. La jeune femme se redressa avec grand mal sur un de ses coudes. Elle fixa longuement Keir, les yeux plein de larmes. Puis elle reprit, d'une toute petite voix.

- T...Tuez-moi. Je vous en supplie.

La tuer ? Comment pouvait-elle demander une chose pareille ? Pourquoi demandait-elle une chose pareille ? Il frotta son visage, passa sa main dans ses cheveux. Il ne comprenait pas pourquoi elle réagissait subitement ainsi. Tentait-elle de se donner la mort en refusant de manger ? Il recula légèrement, s'éloignant du matelas.

- Tu délires. C'est ça, tu dois délirer. Tu vois ce que ça fait, de ne pas manger. Tu sais quoi ? Essaie de dormir, ça devrait aller mieux.

La brune secoua la tête, doucement, et gémit légèrement à cause de la douleur. Elle était si pâle. Si fragile. Keir était sûr que si elle sortait dehors et qu'elle tombait, elle se briserait les os. Ou alors, elle brûlerait en plein soleil tellement sa peau semblait fine.

- Vous ne comprenez pas...

Non, il ne comprenait pas, et il ne demandait qu'à comprendre.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Eglantine de Lavallières



∞ Date d'inscription : 18/03/2015
∞ Messages : 112

MessageSujet: Re: Just let me die, please... × Eglantine ♥   Jeu 6 Aoû - 19:16

Just let me die, please...
Keir ∞ Eglantine ♥


« Viens manger, vite. Viens manger. »

Pour toute réponse, j’offre à Keir un hochement de tête négatif. Non, je ne mangerai pas. Non, je ne me lèverai pas. D’après ce que j’ai réussi à compter, cela fait presque un mois que je suis ici, que nous sommes ici. Enfermés dans cette cabane, au milieu du désert. Une semaine que je ne m’alimente plus. C’est tout juste si j’accepte d’avaler quelques gorgées d’eau. Mourir. Voilà ce que j’ai décidé depuis quelques temps. Non pas parce que mon ravisseur est un monstre, qu’il me traite mal, oh non ! Bien loin de là même ! Il est gentil, me forcer certes à boire mais c’est uniquement pour que je ne meurs pas déshydratée. Pourtant, c’est ce que je voudrais. Qu’il me laisse dans un coin jusqu’à ce que mort s’ensuive. Je sais qu’avec la chaleur qu’il fait dans la journée, si j’arrêtais complètement de m’hydrater, il ne faudrait pas longtemps à mon corps affaibli pour lâcher. Dans mon dos, j’entends Keir pousser un soupir puis la porte se referme. Je me roule de nouveau en boule, paupières closes et poings serrés. Je retombe dans cette torpeur dans laquelle je suis plongée la plupart du temps. Un torpeur qui m’est si chère ! Je ne pense plus, ne sens plus, je suis juste vide.

C’est tout juste si je perçois le changement de température ; mon corps frissonne mais moi, je ne ressens rien. Ce n’est que lorsque la voix de l’homme brise le silence que je me rends compte qu’il fait froid, très froid. Pourtant je ne fais pas un mouvement pour attraper la couverture qu’il me tend. Je n’ouvre pas même les yeux. Oh quelle ingrate je suis ! Je pourrais au moins la refuser poliment. Mais les seuls mots qui s’échappent d’entre mes lèvres sont :

« Laissez-moi mourir. »

J’ouvre mes paupières, tourne la tête vers Keir qui s’est figé. Sa bouche est entrouverte sous la stupeur ; il cligne des yeux. Avec l’aide d’un coude, je parviens à me redresser légèrement. Lui. Lui est ma solution à mon problème. Il pourrait régler tout ça si facilement ! Avec son arme à feu… Un coup, juste un tout petit et mon calvaire prendrait enfin fin. Je me mords l’intérieur des joues, je sens les larmes me monter aux yeux tandis que Keir reste sous l’incompréhension la plus totale. Comment pourrait-il comprendre ? Lui qui un temps, me pensait princesse dans mon petit monde. Ah si seulement ! Je réitère ma demande, pire encore, le supplie.

« Tu délires. C'est ça, tu dois délirer. Tu vois ce que ça fait, de ne pas manger. Tu sais quoi ? Essaie de dormir, ça devrait aller mieux. »

Dans un ultime effort, je réussis à m’asseoir sur le matelas. Je secoue lentement ma tête de gauche à droite.

« Vous ne comprenez pas… Vous ne comprenez rien. Je murmure. Vous voulez faire un geste généreux ? Alors abrégez mes souffrances. »

Ma voix déraille un peu ; des sanglots l’obstruent et je dois m’arrêter de parler pendant quelques instants, le temps que les larmes s’éloignent.

« Je suis déjà morte à l’intérieur, je l’ai toujours été, vous ne feriez que me débarrasser de ce stupide corps. Trop fragile. Trop malade. Trop mourant. Savez vous ce que c’est, d’inspirer la pitié depuis le jour de votre naissance ? Oh pauvre bébé, il ne passera sûrement pas la nuit ! Oh pauvre petite, tellement malade qu’elle ne peut pas courir ! Oh pauvre Eglantine, clouée dans un fauteuil roulant ! Oh la pauvre qui ne vivra sûrement pas longtemps ! »

A mesure que je parle, je sens quelque chose monter en moi, quelque chose de nouveau.

« Oh mais comment pourriez-vous vous en douter ? Et qu’est-ce que cela peut bien vous faire ?! Dans quelques temps vous m’abandonnerez quelque part et on me retrouvera pour me ramener à mes parents ! Et là, que va-t-il se passer hein ?! Je vais vous le dire moi. Je vais être enfermée dans ma chambre, on ne me laissera plus sortir -déjà qu’on ne me l’autorisait que peu- puis d’ici quelques semaines, je vais me retrouver devant l’autel d’une église, à devoir épouser quelqu’un que je ne veux pas. Ensuite mon père et mon beau-père vont espérer que je tombe enceinte bien vite, qu’importe si je meurs en couches. Je serai au moins morte en servant à quelque chose ! »

Je m’énerve, balance cette maudite couverture loin de moi. C’est ça, qui monte en moi : la colère. La rage. Celle qui dort en moi depuis tout ce temps et qui attendait le bon moment pour surgir.

« Vous savez comment m’appelle mon très cher père ? Les surnoms affectueux dont il m’a affublée depuis que je suis née ? Oh ils sont variés mais ceux qui reviennent le plus sont « erreur de la nature », « bonne à rien » et d’autres petits surnoms forts agréables. Tout ça avec son lot de regard froid et indifférent. Je n’ai de toute façon jamais rien inspiré d’autre que pitié et indifférence. Ma mort ne peinera personne mais par contre cela coincera mon père qui n’aura plus personne à qui léguer la fortune familiale ainsi que les titres. Et croyez-moi, rien ne me ferait plus plaisir que de mettre père dans une telle situation. »

En m’adossant à la baignoire, je parviens à me lever.

« Voyez le service que vous me rendriez. Mettez fin à ce calvaire qui dure depuis trop longtemps. »

Code by Silver Lungs[/quote]


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just let me die, please... × Eglantine ♥   Sam 8 Aoû - 16:11

Just let me die, please...
Keir ∞ Eglantine ♥

- Vous ne comprenez pas...Vous ne comprenez rien. Vous voulez faire un geste généreux ? Alors abrégez mes souffrances.

La jeune femme s'arrêta, la voix soudainement secouée de sanglots. Elle avait raison, il ne comprenait pas pourquoi du jour au lendemain, elle avait cessé de s'alimenter, et pourquoi elle voulait visiblement mourir. Il la traitait bien. Elle était tombée sur un bon tortionnaire, en quelque sorte, on pouvait dire qu'elle avait eu de la chance. Il la laissa continuer, restant debout, les bras ballants.

- Je suis déjà morte à l’intérieur, je l’ai toujours été, vous ne feriez que me débarrasser de ce stupide corps. Trop fragile. Trop malade. Trop mourant. Savez vous ce que c’est, d’inspirer la pitié depuis le jour de votre naissance ? Oh pauvre bébé, il ne passera sûrement pas la nuit ! Oh pauvre petite, tellement malade qu’elle ne peut pas courir ! Oh pauvre Églantine, clouée dans un fauteuil roulant ! Oh la pauvre qui ne vivra sûrement pas longtemps !

Toujours sans voix, il laisse la jeune Églantine continuer. Elle s'énervait, et Keir savait pas expérience qu'il ne fallait pas s'oppose à quelqu'un qui était en rogne, aussi faible soit cette personne. Il en gardait de belles balafres dans le dos, et il n'avait pas vraiment envie que ça se reproduise. Il ne comprenait pas vraiment de quoi elle parlait, visiblement, elle avait l'air de dire qu'elle était malade. Depuis sa naissance. Mais quelle genre de maladie ? Il n'en savait rien. Pour l'instant.

- Oh mais comment pourriez-vous vous en douter ? Et qu’est-ce que cela peut bien vous faire ?! Dans quelques temps vous m’abandonnerez quelque part et on me retrouvera pour me ramener à mes parents ! Et là, que va-t-il se passer hein ?! Je vais vous le dire moi. Je vais être enfermée dans ma chambre, on ne me laissera plus sortir -déjà qu’on ne me l’autorisait que peu- puis d’ici quelques semaines, je vais me retrouver devant l’autel d’une église, à devoir épouser quelqu’un que je ne veux pas. Ensuite mon père et mon beau-père vont espérer que je tombe enceinte bien vite, qu’importe si je meurs en couches. Je serai au moins morte en servant à quelque chose !

Elle semblait persuadée qu'il allait finir par l'abandonner. Ce geste aurait été la suite logique des choses, lorsque les flics auraient retrouvé leurs traces, il l'aurait laissé seule et lui se serait enfui bien loin. Mais au fur et à mesure que la jeune femme parlait, il réalisa quelque chose. Il ne l'abandonnerait pas. On n'abandonnait pas quelqu'un qui souffrait le martyr dans sa vie de tous les jours. Il n'aurait pas le courage de la laisser sur le bord de la route en sachant maintenant qu'elle retournerait vivre une vie de misère. Une vie de misère dans une cage dorée, c'était paradoxal, comme situation.

- Vous savez comment m’appelle mon très cher père ? Les surnoms affectueux dont il m’a affublée depuis que je suis née ? Oh ils sont variés mais ceux qui reviennent le plus sont « erreur de la nature », « bonne à rien » et d’autres petits surnoms forts agréables. Tout ça avec son lot de regard froid et indifférent. Je n’ai de toute façon jamais rien inspiré d’autre que pitié et indifférence. Ma mort ne peinera personne mais par contre cela coincera mon père qui n’aura plus personne à qui léguer la fortune familiale ainsi que les titres. Et croyez-moi, rien ne me ferait plus plaisir que de mettre père dans une telle situation. Elle finit par se redresser, s'adossa à la baignoire, et termina son discours, essoufflée. Voyez le service que vous me rendriez. Mettez fin à ce calvaire qui dure depuis trop longtemps.

Keir déglutit péniblement. Il réfléchit, rapidement, il fallait qu'il agisse vite, il ne pouvait pas la laisser dans un état de nerf comme celui-ci. Il approcha sa main de la jeune femme, prudemment.

- D'accord, Églantine, calme-toi. Tu vas me donner mal au crâne à force de t'égosiller comme ça.

Il posa sa main sur son épaule. Tout en douceur, il l'amena sur le matelas et l'aida à s'asseoir. Elle ne se débattit pas, sûrement trop fatiguée après avoir prononcé tous ses mots. Keir s'installa à côté d'elle, passa sa main sur son visage, et s'éclaircit la gorge. Maintenant qu'elle était calmée, ils pouvaient parler. Il ne savait par où commencer. Elle venait de lui balancer tellement de choses au visage, qu'il ne savait pas quoi lui dire en premier. Il réunit ses idées, et finit par se lancer.

- OK, Églantine. Je suis pas trop du genre à bavarder, mais j'vais essayer. Il inspira. Il allait faire quelque chose qu'il n'avait pas fait depuis longtemps. Raconter son histoire. [color:6c69=003366] Quand j'étais môme, j'ai vu mon père mourir. Dans la rue, criblé de balles, il baignait dans une mare de sang. Après ça, ma mère s'est pas très bien occupé moi, ni de mon frère d'ailleurs. Et j'étais comme toi. Je faisais de la peine aux gens. Le pauvre petit, il n'aura pas d'avenir. Le pauvre, personne ne voudra de lui. Alors, crois-moi, je sais ce que c'est.

Il fixa les lattes poussiéreuses au sol, les images de la journée où il était devenu orphelin d'un parent défilant devant ses yeux. Il esquissa un léger sourire, et redressa la tête.

- Mon père était quelqu'un de bien. Le tien a l'air d'être un salaud. Tu veux que je te dise ? Mourir, ce serait lui faire plaisir. Et tu ne veux pas faire plaisir à quelqu'un qui te maltraite ainsi, j'en doute. Lui, mériterait de crever.

La jolie brune fixait le sol, elle ne disait rien. Il ne savait pas si elle était intéressée par ce qu'il disait, mais il espérait que ses mots la toucherait un minimum. Il la regarda, et hésita pendant un moment. Finalement, il se décida, et glissa sa main sous le menton de la jeune femme. Elle tressaillit. Il tourna son visage vers lui, la forçant à le regarder. Il lâcha son menton.

- Regarde-moi, Églantine, et écoute-moi. Depuis le début je ne veux que ton bien. Tu as été une victime collatérale de mon braquage, j'ai aucune raison de te faire du mal. Si tu veux mourir, va. Le lac n'est pas loin d'ici, tu peux toujours aller te noyer dedans. Mais tu ne mourras pas de ma main, tu m'entends?

Il se leva du matelas, et resta quelques instants à observer la brune. Il n'allait pas l'abandonner, c'était certain, du moins pas tout de suite. Il s'inquiéta quand même, maintenant qu'il lui avait assuré qu'il ne voulait que son bien, elle allait rester avec lui un peu plus longtemps que prévu. Il s'était décidément foutu dans une sacrée merde en l'embarquant avec lui.

- Crois-moi, tu ne veux pas mourir.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Just let me die, please... × Eglantine ♥   Aujourd'hui à 2:01

Revenir en haut Aller en bas
 
Just let me die, please... × Eglantine ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» eleowine, capucine, eglantine, camélia et maiwen ma petite famille pukifee au complet+pigglet family
» ÉGLANTINE , Bâtiment d'Instruction à la Navigation
» Les Fleurs de Bach : un coup de pouce pour vos émotions
» ÉGLANTINE (DC)
» EGLANTINE - M675 (1954-1983) : symbolique Marine (tapes, timbres, rubans, insignes, etc...)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Amérique-
Sauter vers: